Un aperçu peu réjouissant du changement climatique

Si les nouveaux rapports et estimations concernant l’impact du changement climatique ne manquent pas, le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) conserve en la matière une position d’autorité.



L’édition 2009 de l’Étude sur la situation économique et sociale dans le monde, un rapport publié chaque année par le Département des Affaires économiques et sociales des Nations Unies, est consacrée à la question du changement climatique. Certains effets importants du changement climatique dans différents pays africains y sont présentés sous la forme d’un guide accessible et quelque peu troublant, réalisé à partir des rapports du GIEC. 



Voici ici un aperçu des grandes lignes de ce guide.





Sécurité alimentaire



Afrique du Nord, du Maroc à l’Egypte



D’ici 2100, la production agricole pourrait subir des pertes correspondant à entre 0,4 et 1,3 pour cent du Produit intérieur brut (PIB) moyen.



Egypte : d’ici 2050, les hausses des températures risquent de provoquer une baisse de la production de diverses cultures céréalières, allant de 11 pour cent pour le riz à 28 pour cent pour le soja.



D’après les prévisions, les précipitations devraient décliner, ce qui aurait une incidence sur le débit du Nil, tandis qu’une hausse du niveau de la mer affecterait la production alimentaire dans le delta du Nil.



Afrique de l’Ouest



D’ici 2100, la région pourrait subir des pertes agricoles représentant deux à quatre pour cent de son PIB moyen. La hausse des températures moyennes annuelles à l’échelle planétaire provoquerait un réchauffement des mers, qui affecterait les activités de pêche dans le nord-ouest de l’Afrique.



Golfe de Guinée : Les activités de pêche et d’aquaculture des lagunes sont menacées par la destruction des plages qui délimitent les lagunes côtières, car ces barrières naturelles très peu élevées ne résisteraient pas à la hausse du niveau de la mer. La modification des régimes pluviométriques pourrait en outre affecter la quantité d’eau présente dans les cours d’eau qui alimentent les lagunes.



Guinée : Entre 17 et 30 pour cent des rizières existantes pourraient être inondées de façon permanente d’ici 2050.



Bénin et Côte d'Ivoire : Les inondations risquent d’entraîner la salinisation des terres du littoral, ce qui représente une menace pour la production d’huile de palme et de noix de coco.



Afrique de l’Est



D’après les prévisions, les précipitations devraient augmenter dans certaines zones de la région. La vie végétale et animale du lac Tanganyika pourrait être réduite d’environ 20 pour cent, et les rendements de la pêche risquent de diminuer de 30 pour cent.

Au Kenya, une hausse d’un mètre du niveau de la mer pourrait affecter la production de mangues, de noix de cajou et de noix de coco, provoquant des pertes de près de 500 millions de dollars par an.



Du côté des effets positifs du changement climatique, on peut citer les hautes terres d’Ethiopie, où la saison de croissance est susceptible d’être allongée par les effets combinés de la hausse des températures et de l’amélioration des précipitations.



Afrique australe



Les phénomènes El Niño – augmentation des températures des eaux de surface de l’Océan Pacifique central et oriental – risquent de devenir plus fréquents, ce qui perturberait les précipitations et provoquerait indirectement une baisse sensible de la production de maïs.



En revanche, en raison de l’augmentation des températures et du niveau des précipitations, la saison de croissance pourrait durer plus longtemps dans certaines zones de l’Afrique australe, comme le Mozambique.



Afrique du Sud : La production céréalière sud-africaine, qui est la plus importante d’Afrique, pourrait voir ses recettes nettes baisser de 90 pour cent d’ici 2100.





Ressources en eau



Afrique du Nord



Le nombre de personnes concernées par le stress hydrique pourrait augmenter d’ici 2055, en particulier en Egypte, où, dans un contexte de forte croissance démographique – la population devrait atteindre entre 115 et 179 millions d’ici 2050 – les besoins en eau seront sans doute de plus en plus importants, du fait de la hausse des températures.



Afrique de l’Est et de l’Ouest



Selon les prévisions, les précipitations devraient augmenter dans ces régions, ce qui conduirait à la multiplication des sécheresses dans l’est du continent, et des inondations dans l’ouest.



Afrique australe



Dans la région, des zones étendues subissent déjà des pénuries d’eau ou doivent lutter contre la désertification croissante liée à l’aridité du climat. On peut donc s’attendre à ce que le nombre de personnes confrontées au stress hydrique augmente d’ici 2055, du fait de l’irrégularité ou du déclin des précipitations.





Santé



Afrique de l’Ouest



Bonne nouvelle ! D’ici 2050 et au-delà, une grande partie de l’ouest du Sahel sera probablement devenue impropre à la transmission du paludisme.



Afrique de l’Est



D’après des études portant sur les parasites, les hautes terres d’Ethiopie, le Kenya, le Rwanda et le Burundi, qui sont pour l’instant épargnés par le paludisme, pourraient subir de modestes incursions du parasite d’ici 2050, et devenir totalement propices à la transmission de la maladie d’ici 2080.



Dans certaines régions de Somalie, qui présentent actuellement de faibles taux de paludisme, la prévalence de cette maladie pourrait fortement augmenter.



Les épidémies de fièvre de la Vallée du Rift – qui ont été particulièrement importantes lors de l’événement El Niño de 1997-1998 en Afrique de l’Est, et qui sont liées aux inondations – pourraient devenir plus fréquentes et toucher des zones plus étendues, en raison de la multiplication des événements El Niño.



Afrique australe



Le paludisme risque de toucher des zones de plus en plus nombreuses. On prévoit en effet une expansion vers le sud de la zone de transmission, qui affecterait le Zimbabwe et l’Afrique du Sud.



Certaines parties des hautes terres de l’Angola, où les cas de paludisme sont aujourd’hui relativement rares, pourraient devenir tout à fait propices à la transmission de la maladie d’ici les années 2080.



jk/he/il/ail