Qui sommes nous ?

Qui sommes-nous ?

NOTRE MISSION

IRIN est en première ligne des crises, ce qui lui permet d’offrir des reportages uniques, crédibles et indépendants et d’ainsi inspirer et produire une réponse humanitaire plus efficace.

LE CONTEXTE

Le nombre de personnes affectées par des crises humanitaires a presque doublé au cours de la dernière décennie. Le changement climatique, la croissance démographique, la volatilité des marchés, la rareté de l’eau, le sectarisme et la prolifération des groupes armés et extrémistes sont à l’origine de bouleversements importants qui touchent de plus en plus de communautés. La simultanéité des crises, dont le nombre a atteint un niveau sans précédent, a mis en évidence de graves faiblesses dans l’appareil humanitaire international : son financement n’est pas viable ; les communautés locales n’ont pas suffisamment leur mot à dire ; et les besoins des populations ne sont pas adéquatement satisfaits. Le secteur humanitaire international, qui brasse chaque année plusieurs milliards de dollars, vit aujourd’hui une période de grands changements. Il subit notamment des pressions pour réformer la façon dont l’aide est fournie.

La mise en oeuvre d’une vision favorisant l’amélioration de la redevabilité, de la transparence et de l’efficacité de l’industrie internationale de l’aide exige le maintien d’une voix indépendante se consacrant à l’analyse et à la critique. On a pourtant observé, au cours des deux dernières décennies, une diminution importante de la couverture médiatique grand public des affaires internationales. Par ailleurs, il existe toujours un fossé important entre les personnes les plus affectées par les crises et les décideurs basés à New York et à Genève. IRIN vient combler ce fossé. Depuis près de vingt ans, nous fournissons à nos lecteurs des reportages crédibles et approfondis réalisés directement sur le terrain. Notre nouvelle indépendance nous permet en outre d’adopter un style éditorial plus audacieux, d’élargir notre audience et d’assumer un rôle encore plus important.

Cliquez ici pour en savoir plus sur notre vision.

NOTRE HISTOIRE

En janvier 2015, 19 ans après sa création, le service de nouvelles et d’analyses humanitaires IRIN (acronyme de l’anglais « Integrated Regional Information Networks »), lauréat de plusieurs prix, a quitté le giron des Nations Unies pour devenir une entreprise médiatique indépendante et sans but lucratif. Depuis nos débuts, nous couvrons les crises humanitaires comme presque aucune autre institution ne le fait, en offrant notamment à nos lecteurs des reportages de première main. Aujourd’hui, nous sommes encore mieux positionnés pour jouer ce rôle critique. Nous nous appuyons sur l’expertise, les réseaux et la crédibilité que nous avons développés au fils des ans et nous misons sur une audience élargie, une approche plus innovante et un point de vue plus lucide.

NOTRE TRAVAIL

IRIN s’appuie sur un réseau mondial de plus de 200 correspondants locaux et éditeurs et analystes expérimentés et bien informés ainsi que sur une connaissance approfondie du secteur humanitaire pour offrir des articles et des analyses multimédias depuis des « points chauds » situés dans plus de 70 pays.

Grâce à ce réseau, nous bénéficions d’une position unique pour alerter le public et la communauté humanitaire avant la survenue des crises et les garder informés pendant leur déroulement. Nous cherchons aussi à nous assurer qu’elles ne sont pas reléguées aux oubliettes par les politiques lorsque l’intérêt des médias grand public commence à s’estomper.

Nous produisons des reportages, des interviews approfondies, des infographies, des cartes interactives, des graphiques, des reportages photos, des « top ten », des suggestions de lecture, des articles de collaborateurs externes et bien plus encore. Nous couvrons les crises qui touchent l’Afrique, l’Asie, le Moyen-Orient, l’Europe et les Amériques et nous publions nos articles en français, en anglais et en arabe. 

NOTRE LECTORAT

IRIN atteint chaque mois des millions de personnes dans plus de 190 pays, notamment par le biais du site Internet, du service d’abonnement par courriel, des médias sociaux et de la vente de contenus à des partenaires. Plus de 200 nouveaux médias et organes de presse – du New York Times au Uganda Chronicle – citent ou republient les articles d’IRIN.

Le lectorat d’IRIN est :

  • Influent : 61 pour cent des lecteurs ont un impact sur des questions ou des politiques d’ordre humanitaire ;
  • Croissant : 75 pour cent des visiteurs du site le consultent pour la première fois ;
  • Varié : La moitié des lecteurs d’IRIN ont moins de 34 ans ; les deux tiers sont basés au Moyen-Orient, en Asie et en Afrique.

IRIN dispose d’une capacité unique à IRIN dispose d’une capacité unique à s’adresser aux décideurs influents appartenant aux gouvernements, aux Nations Unies et aux ONG ; aux personnes affectées par les crises sur le terrain ; aux autres médias ; et au public en général. 

Pour en savoir plus sur notre portée et notre lectorat :

NOTRE IMPACT

IRIN tient le public général, les organisations humanitaires et les bailleurs de fonds informés et leur demande des comptes, ce qui permet d’améliorer la réponse humanitaire.

Notre travail contribue à tirer la sonnette d’alarme. Nous avons toujours cherché à identifier les problèmes latents avant qu’ils se transforment en crises. Nous avons ainsi été l’un des premiers médias à faire état de la crise au Darfour en 2003 et le premier à signaler que le paludisme commençait à résister à l’artémisine en 2009. La même année, nous avons averti la communauté internationale que Boko Haram risquait de devenir une grave menace pour la sécurité en Afrique de l’Ouest. Nous avons par ailleurs annoncé, bien avant les grands médias, la famine qui s’apprêtait à frapper la Somalie. Nos journalistes ont en outre dénoncé les discriminations subies par les Rohingya du Myanmar dès 2008, plusieurs années avant que les tensions donnent lieu à de violents affrontements qui ont fait des dizaines de milliers de déplacés.

Nos reportages obligent l’industrie de l’aide humanitaire à rendre des comptes. En 2015, le montant total des appels d’urgence lancés par les Nations Unies s’élevait à 22 milliards de dollars. En favorisant la transparence dans un secteur aussi complexe et aussi peu surveillé que celui de l’aide, IRIN contribue à l’amélioration de la réponse humanitaire. Celle-ci permet de mieux satisfaire les besoins de la communauté humanitaire, y compris ceux des bailleurs de fonds, mais, surtout, de répondre à ceux des populations les plus défavorisées.

IRIN est un catalyseur de changement dans le secteur de l’aide. L’organisation a notamment permis le lancement d’un nouveau programme pour lutter contre la malnutrition au Nigeria ; provoqué un débat au sein du parlement égyptien ; et forcé les Nations Unies à changer de cap en ce qui concerne leur processus de réforme.

NOTRE GOVERNANCE

IRIN est une association à but non lucratif régie par le droit suisse et dont le siège se trouve à Genève. Ses membres fondateurs ont mis en commun leur expertise dans des domaines aussi variés que le journalisme, l’intervention en zones de crise, les affaires humanitaires et la stratégie organisationnelle. L’auteur primé et ancien correspondant du New York Times à l’étranger Howard French, aujourd’hui professeur associé à l’école de journalisme de l’université Columbia, occupe le poste de président de l’association.

Un comité consultatif de haut niveau a par ailleurs été créé pour assurer la supervision de l’association.

NOTRE ÉQUIPE

IRIN est dirigé par Heba Aly, une journaliste multimédia quadrilingue qui, pendant plusieurs années, a couvert les crises survenant en Afrique subsaharienne, au Moyen-Orient et en Asie centrale, et Ben Parker, un ancien travailleur humanitaire ayant plusieurs décennies d’expérience comme haut fonctionnaire des Nations Unies ainsi que dans les domaines des médias en ligne et des communications en matière de développement.

Les membres de notre équipe éditoriale spécialisée sont établis un peu partout dans le monde, ce qui permet à IRIN d’avoir des racines et une portée mondiales. Ils sont aidés dans leur travail par un réseau de plus de 200 reporters, réalisateurs et designers graphiques pigistes basés dans diverses zones de crise autour du globe.

Rencontrez toute l’équipe.

NOTRE FINANCEMENT

Le financement d’IRIN provient de diverses sources, notamment des gouvernements, des fondations, des organisations internationales, du secteur privé et des services facturés. En 2015, IRIN a été financé par la Fondation Jynwel, l’Agence suisse de coopération et de développement et l’Agence suédoise de coopération internationale au développement. En 2016, les nouveaux partenaires d’IRIN incluent la Fondation des Nations Unies, le Bureau européen d’appui en matière d’asile et la Loterie Romande.

Pour devenir partenaire d’IRIN, écrivez-nous.

Vous souhaitez en savoir plus ? Lisez les dernières nouvelles d’IRIN.