Les NERICA, un espoir pour la sécurité alimentaire ?

Face à la forte dépendance du pays au riz importé, qui pénalise les consommateurs gambiens, le gouvernement a appelé les agriculteurs à doubler la production des NERICA (New Rice for Africa – Nouveau riz pour l’Afrique).

Les NERICA, croisement entre les variétés de riz africaines à faible rendement et les variétés asiatiques à haut rendement, arrivent rapidement à maturité, sont plus résistants aux insectes nuisibles que bien d’autres variétés, n’ont pas besoin d’une irrigation intensive ni d’une grande quantité d’engrais, et sont riches en protéines.

Le Centre du riz pour l’Afrique (WARDA/ADRAO, une association africaine de recherche) et ses partenaires, en quête d’une variété de riz à haut rendement adaptée à l’Afrique subsaharienne, ont créé les NERICA en 1996.

La Gambie importe jusqu'à 175 000 tonnes de riz chaque année, soit environ 70 pour cent de ses besoins en riz, selon Moustapha Ceesay, conseiller à l’Institut national de recherche agricole (NARI), un organisme public.

Le prix du riz importé a quadruplé depuis 2002, pour atteindre la somme record d’un dollar le kilo cette année. La production des NERICA s’est développée simultanément, ces dernières années ; elle a doublé depuis 2006, et selon les estimations de M. Ceesay, devrait doubler de nouveau en 2009.

« Il n’y a pas de doute que les NERICA pourraient aider la Gambie à devenir autosuffisante [en riz] », a expliqué Inoussa Akintayo, coordinateur régional de l’ADRAO, qui a aidé à lancer les NERICA en Gambie.

Les NERICA peuvent produire en moyenne 3,5 à quatre tonnes de riz par hectare, contre une production moyenne de 1,5 à 2,5 tonnes pour les autres variétés de riz, selon M. Ceesay. D’après le NARI, les variétés traditionnelles de riz africain produisent environ 100 grains sur chaque grappe ou « panicule » de riz, contre une moyenne de 400 grains avec les NERICA.

« Les NERICA offrent un espoir de sécurité alimentaire à la Gambie », selon M. Ceesay du NARI. « Ils peuvent être cultivés n’importe où, sans avoir besoin d’être irrigués ; cela vous permet donc d’agrandir la zone de riz cultivée sans investir de gros capitaux ».

La consommation de riz en Afrique augmente plus rapidement que celle de toute autre culture, c’est pourquoi, selon l’ADRAO, il est nécessaire d’augmenter la production sur l’ensemble du continent.

Enthousiasme du gouvernement

Le président gambien Yahya Jammeh a lancé une initiative destinée à encourager les fermiers à acheter et à cultiver des NERICA. En 2007, il a également lancé une campagne appelant les Gambiens à « retourner à la terre » et à viser l’autosuffisance vivrière.

Les NERICA, a déclaré le président Jammeh, sont un élément de la solution. Le président en cultive 40 hectares dans son exploitation de Kanilai, à huit kilomètres de Banjul, la capitale.

Aujourd’hui, quelque 5 000 agriculteurs cultivent des NERICA, selon Moussa Mawnneh, président de la plus grande association d’agriculteurs du pays, qui compte 455 000 membres. Parmi eux, la plupart sont des rizicultrices, qui produisent la majorité du riz gambien.

Les conséquences pour les agriculteurs

Un grand nombre d’agriculteurs ont adhéré à des associations de riziculteurs, par le truchement desquelles ils s’aident mutuellement à entreposer et à vendre leurs excédents de semences et, s’ils en ont les moyens, à louer de l’équipement.

Selon les membres de la coopérative rizicole de Yirima Kafo, à Jambur, un village situé 30 kilomètres à l’est de Banjul, le rendement relativement plus élevé des NERICA leur permet de vendre leurs excédents à 1,20 dollar le kilo, et les bénéfices récoltés leur ont permis d’ouvrir un compte bancaire et de mettre en place un système de microcrédit.

« Il y a une grosse différence entre les NERICA et le “Kokuru”, l’autre variété de riz que nous cultivons. C’est pourquoi 85 pour cent d’entre nous [les fermiers de son association] sont passés aux NERICA », a déclaré à IRIN Juju Gassama, rizicultrice. « J’arrive mieux à nourrir ma famille… en tant que femme, ça m’a changé la vie ».

« Trop simpliste »

Mais selon Savitri Mohapatra, porte-parole de l’ADRAO, il est « bien trop simpliste » de croire que les NERICA peuvent permettre à la Gambie d’atteindre l’autosuffisance alimentaire.

« Les agriculteurs ont besoin d’intrants, notamment de semences, d’engrais et d’outils, pour augmenter leur production. L’écart entre le rendement réel des agriculteurs et ce qu’il est possible d’atteindre est énorme, et il ne saurait être comblé uniquement par la variété [de riz] cultivée ».

La plupart des membres de l’association de riziculteurs de Yirima Kafo ne disposent pas de bêtes ; ils doivent donc préparer la terre à la main. Ils n’ont pas de batteuse et doivent parcourir plusieurs kilomètres à pied jusqu’au marché pour moudre leur riz, selon l’ADRAO.

M. Ceesay du NARI a admis qu’une plus grande proportion des fonds publics aurait dû être consacrée à investir dans l’équipement et le développement du marché. « Donner des semences ne suffit pas », a-t-il dit.

Le gouvernement gambien ne subventionne pas les engrais comme le font les gouvernements togolais, libérien, béninois et malien, a noté M. Mawnneh, président de l’association d’agriculteurs.

Sans engrais, a-t-il expliqué, les populations chercheront à agrandir la surface arable pour augmenter le volume des récoltes. « Si le gouvernement ne fournit pas d’engrais, les fermiers devront commencer à empiéter sur les zones boisées pour cultiver les NERICA ».

La demande en semences, supérieure à l’offre

Mais une pénurie de semences empêche d’augmenter la production des NERICA, la « demande étant désormais supérieure à l’offre », a indiqué M. Ceesay du NARI.

Les agriculteurs doivent apprendre à produire et à entreposer des semences, avec l’aide des investisseurs, selon M. Mawnneh.

« Nous devons créer des banques de semences, et des fonds renouvelables pour l’achat de semences. Il n’y a pas de grandes banques de semences, ici, aujourd’hui ; les fermiers s’échangent juste des semences entre eux », a-t-il dit à IRIN.

Les financeurs, notamment la Banque africaine de développement (BAD) et l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture, sont intervenus pour apporter leur aide. La BAD a créé un fonds de 35 millions de dollars, destiné à augmenter la production de NERICA dans sept pays. L’ADRAO se sert de fonds versés par la BAD pour former les fermiers à la production et à la gestion des semences par le biais d’un système communautaire.

Mais les investisseurs privés doivent intervenir également pour contribuer à réunir les conditions nécessaires à l’existence d’un marché des semences dynamique, d’après M. Akintayo de l’ADRAO.

« Nous devons les encourager [à investir] en leur disant que le marché va se développer d’année en année, sur les 10 prochaines années ».

Actuellement, seules 37 pour cent des terres arables de Gambie sont exploitées ; 20 millions d’hectares supplémentaires de basses terres non-irriguées pourraient donc servir à cultiver les NERICA, selon les estimations de l’ADRAO.

« Au vu des tendances que nous observons, si ça continue comme cela, qui sait, les fermiers gambiens pourraient même devenir exportateurs de riz », a spéculé M. Akintayo.

aj/np/nh/ail