Des hausses du prix du carburant vont faire grimper les prix alimentaires

En Zambie, une série de hausses des prix du carburant, qui va affecter les coûts de production agricole ainsi que le pouvoir d’achat des consommateurs, devrait faire grimper les prix des produits alimentaires, dans un pays où les deux-tiers de la population vivent avec un dollar ou moins par jour.



Le gouvernement a annoncé une hausse immédiate du prix du pétrole de 15 pour cent, peu de temps après une taxe de 10 pour cent sur le diesel, effective depuis le 1er janvier 2010.



Selon une étude de la Banque Mondiale citant des prix datant de l’époque où la crise pétrolière atteignait son sommet en 2008, ce pays enclavé affichait les prix du carburant les plus élevés d’Afrique australe.



Avec les nouvelles hausses, l’essence coûtera à Lusaka, la capitale, 1,53 dollar, soit une augmentation de 0,50 dollar, alors que le diesel – utilisé à l’origine dans les secteurs des mines et de l’agriculture – coûtera désormais 1,20 dollar le litre.



La récolte d’avril/mai 2009 a produit un excédent de 200 000 tonnes, mais l’Union nationale des fermiers de Zambie (ZNFU) a dit qu’une hausse du prix du diesel allait probablement affecter « défavorablement » la production de maïs lors de la prochaine saison.



« Il n’est pas nécessaire d’être un génie pour savoir que chaque fois que les prix de l’essence augmentent en Zambie, les prix des repas à base de maïs montent aussi, ainsi que l’huile de cuisson, les tickets de bus, et bien sûr les tarifs des courses de taxi », a dit un chauffeur de taxi à ses collègues lors d’une discussion dans une station de taxi à Lusaka.



« Peut être devrions-nous manifester contre les hausses du prix de l’essence – descendre dans la rue et faire savoir au système que nous sommes très mécontents – d’une façon pacifique ? » a-t-il dit.



Le maïs constitue l’aliment de base de 80 pour cent des Zambiens ; un sac de maïs de 25 kg se vend actuellement 14 dollars, mais il devrait bientôt augmenter pour répercuter la hausse des prix de l’essence.



De bas salaires



Il y a environ 500 000 emplois formels en Zambie, pays qui compte 11,7 millions d’habitants, et le gouvernement est l’un des principaux employeurs – la plupart des fonctionnaires se trouvant dans la fourchette basse des rémunérations gagnent environ 200 dollars par mois.



Les partis de l’opposition se sont emparés de la question des hausses du prix de l’essence avant les élections prévues en 2011, alors que le gouvernement du président Rupiah Banda a maintenu que les augmentations suivaient les hausses mondiales des prix de l’essence, passant d’environ 40 dollars le baril en 2009 à 80 dollars le baril en 2010.



Michael Sata, le dirigeant du Front Patriotique, le plus grand parti de l’opposition, a dit aux média locaux : « Ceci est une indication claire que Banda et sa clique ont échoué à faire marcher les choses dans ce pays, depuis le service public jusqu’à l’offre de services simples comme l’approvisionnement en carburant ».



tm/go/he/sk/ail