Première grande étude sur le cancer du col de l’utérus en PNG

Une étude à grande échelle va être lancée ce mois-ci en Papouasie-Nouvelle-Guinée (PNG), où plus de 1 500 femmes meurent chaque année de cette maladie.

« Les résultats de l’étude seront disponibles au cours de l’année 2013. La PNG aura pour la première fois les preuves nécessaires pour mettre en œuvre une politique de santé publique efficace dans ce domaine », a dit à IRIN Andrew Vallely, directeur-adjoint des Sciences à l’Institut de recherche médicale de PNG en charge de la supervision de l’étude.

Le cancer du col de l’utérus est provoqué par le papillomavirus humain (HPV), les deux types de papillomavirus les plus répandus (le HPV16 et le HPV18) étant impliqués dans 75 pour cent des cas de cancer. Il existe des vaccins efficaces contre ces deux papillomavirus, mais les autorités n’ont pas identifié le nombre de types de HPV et les différents types de HPV présents en PNG.

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le cancer du col de l’utérus est le cancer le plus fréquent chez les femmes âgées de 15 à 44 ans en PNG. Il n’y a pas de chiffre sur le nombre de femmes infectées par le HPV en PNG, mais on estime que 11,4 pour cent des femmes sont infectées par le HPV responsable du cancer du col de l’utérus dans le monde.

ds/cb-mg/amz