Chronologie des évènements clés sous la nouvelle présidence

Deux mois après la prise de fonction du nouveau gouvernement yéménite, les violences semblent redoubler dans le Sud où les attaques et les enlèvements sont attribués aux militants, tandis que plus de dix millions de personnes souffrent d’insécurité alimentaire et que près d’un demi-million de personnes ont été déplacées. Les Nations Unies indiquent qu’au moins 800 000 enfants sont sévèrement malnutris.

Le nouveau président, Abdurabu Mansour Hadi, s’efforce de restructurer l’armée et de remplacer à la fois les proches de l’ancien président Abdallah Saleh, et les principaux membres de l’opposition (ses anciens adversaires). Pendant ce temps, les manifestations se poursuivent. Voici une chronologie des évènements clés des 60 premiers jours de la présidence de M. Hadi :

25 février : Au moins 26 soldats de la Garde républicaine sont tués et plus de dix blessés au palais présidentiel de Mukalla, dans le gouvernorat de Hadhramaut, une heure après l’entrée en fonction de M. Hadi.

27 février : L’ancien président Ali Abdullah Saleh remet officiellement le pouvoir à M. Hadi au cours d’une cérémonie organisée en présence de diplomates étrangers et de dignitaires yéménites.

1er mars : Trente personnes sont tuées au cours d’affrontements religieux entre des rebelles chiites du mouvement Houthi et des membres du parti islamiste Islah dans le gouvernorat de Hajjah.

2 mars : Des dizaines de milliers de manifestants descendent dans les rues de Sanaa et d’autres grandes villes le « vendredi de la restructuration de l’armée » pour demander le remplacement des proches de M. Saleh au sein de l’appareil militaire et sécuritaire.

4 mars : Quatre soldats sont tués au cours d’affrontements entre des militants islamistes dans le gouvernorat de Beidha, à environ 250 km au sud-est de Sanaa.

5 mars : Des militants islamistes prennent d’assaut un camp militaire dans le gouvernorat d’Abyan, faisant 185 victimes et des dizaines de blessés au sein de l’armée ; ils s’emparent d’armes lourdes, y compris un tank et des pièces d’artillerie.

8 mars : Sept personnes sont tuées au cours d’affrontements entre des membres de l’armée et des rebelles Houthi dans le gouvernorat d’Amran.

9 mars : Des dizaines de milliers de manifestants descendent dans les rues de 14 gouvernorats pour réclamer la restructuration d’une armée divisée. Vingt-six militants islamistes sont tués au cours de raids aériens dans le gouvernorat de Beidha.

11 mars : Des hommes armés attaquent la principale centrale électrique du pays dans le gouvernorat de Marib et font exploser un oléoduc.

12 mars : Une personne est tuée et six autres blessées au cours d’affrontements entre la police et des militants armés du Mouvement du Sud dans le gouvernorat de Hadhramaut.

13 mars : Huit personnes, dont quatre soldats de la Garde républicaine, sont tuées et plus d’une douzaine d’autres blessées au cours d’un attentat à la voiture piégée dans le gouvernorat de Beidha.

16 mars : Des dizaines de milliers de personnes descendent dans les rues de Sanaa et d’autres grandes villes du pays pour réclamer le remplacement des proches de M. Saleh occupant de hautes fonctions au sein des l’appareil militaire et sécuritaire, ainsi que l’abolition de la loi accordant l’immunité à M. Saleh.

18 mars : Des centaines de milliers de personnes manifestent dans les rues de Sanaa et d’autres grandes villes pour commémorer le premier anniversaire du « vendredi de la dignité » au cours duquel 52 manifestants ont été tués à Sanaa.

19 mars : Trois personnes sont tuées et une dizaine d’autres blessées au cours d’affrontements entre la police et des hommes armés du Mouvement du Sud dans la ville d’Aden, située au Sud.

22 mars : Dix personnes sont tuées et plusieurs autres blessées dans l’explosion de mines antipersonnel dans le district de Kusher, situé dans le gouvernorat de Hajjah, suite à des affrontements entre des rebelles Houthi et des combattants tribaux armés.

23 mars : Des centaines de milliers de personnes descendent dans les rues de Sanaa et d’autres grandes villes le vendredi dit de « la réclamation de l’exécution des assassins des manifestants ».

26 mars : Le président Hadi effectue une visite surprise en Arabie saoudite, pays voisin, afin d’obtenir un soutien pour l’application des réformes de transition.

31 mars : Plus de 28 soldats sont tués et des dizaines blessés ou capturés par des militants islamistes dans le gouvernorat de Lahj.

1er avril : Sept soldats sont pris en embuscade et tués par des militants islamistes dans le gouvernorat de Hadhramaut.

7 avril : M. Hadi commence à remplacer les proches du président Saleh et les dirigeants qui ont déserté leur poste.

10 avril : Plus de 100 soldats sont tués au cours d’une attaque lancée par des militants islamistes à Lawdar dans le gouvernorat d’Abyan. Sept autres soldats sont tués sur la route qui relie les gouvernorats de Marib et de Shabwa.

13 avril : Des dizaines de milliers de manifestants descendent dans les rues de Sanaa et d’autres grandes villes pour réclamer le remplacement à des postes clés de l’appareil militaire et sécuritaire d’autres proches de l’ancien président.

15 avril : Mohammed Saleh al-Ahmar, commandant de l’armée de l’air démis de ses fonctions et demi-frère de l’ancien président, a 48 heures pour céder la place à son successeur Rashad al-Janad. Des diplomates de l’Union européenne (UE) rencontrent M. Hadi et soutiennent cette décision. Tariq Saleh, neveu de l’ancien président et commandant de la Garde présidentielle, refuse d’être muté dans une division blindée du gouvernorat de Hadhramaut.

16 avril : Des centaines de partisans de M. Saleh manifestent à Sanaa et réclament son retour au pouvoir. S’adressant à des centaines de jeunes partisans, M. Saleh dit : « Nul ne peut s’abandonner à la mort ou au meurtre », signifiant ainsi à ses proches qu’ils ne devraient pas être démis de leurs fonctions au sein de l’appareil militaire et sécuritaire.

17 avril : Le commandant al-Ahmar, démis de ses fonctions, empêche le comité de démilitarisation d’accéder au quartier général de l’Armée de l’air pour organiser la transmission du pouvoir à son successeur. La question sera confiée au Conseil de sécurité des Nations Unies, qui supervise le processus de transition au Yémen.

18 avril : Le Conseiller spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour le Yémen, Jamal Benomar, se rend au Yémen pour aborder la question du processus de transition du pouvoir.

20 avril : Des dizaines de milliers de manifestants descendent dans les rues des principales villes du Yémen et réclament que des procédures judiciaires soient engagées à l’encontre des dirigeants militaires qui ont refusé de suivre les ordres de M. Hadi au moment de leur révocation.

24 avril: Le commandant de l’armée de l’air révoqué, Mohammed Saleh al-Ahmar, passe la main à son successeur.

Sources :

Archives d’IRIN sur le Yémen
www.barakish.net
www.newsyemen.net
www.yementimes.net
www.al-tagheer.com
www.aljazeera.net
www.yemenfox.net
www.hajjah.net
www.marebpress.net
Ministère de l’Intérieur
Chaîne télévisée Yemen Al Youm
Chaîne télévisée Al-Saeeda
Yemen Polling Centre (groupe de réflexion local)

ay/eo/cb-mg/og/bb