Chronologie de 25 années de conflit et de troubles

Au lendemain de l’investiture d’Ellen Johnson Sirleaf, IRIN jette un regard sur les 25 dernières années de guerre et finalement de paix au Liberia.

1980

12 Avril 1980 – Le sergent chef Samuel Kanyon Doe organise un coup d’Etat sanglant et assassine le président William R. Tolbert dont il accuse le gouvernement de corruption massive et de mauvaise gestion.

22 Avril 1980 – Treize membres du gouvernement sont passés par les armes dans des casernes militaires situées en bord de mer dans la capitale, Monrovia. La majeure partie de l’élite intellectuelle, dont Ellen Johnson Sirleaf, la ministre des finances, fuit le pays.

1985

15 Octobre 1985 - Samuel Doe organise et remporte les premières élections présidentielles multipartites du Liberia. Les leaders de l’opposition dénoncent les fraudes massives qui ont entachées le scrutin.

12 Novembre 1985 – Le Général Thomas Quiwonkpa, un ancien compagnon d’armes de Samuel Doe tente un coup d’état qui déstabilise brièvement le régime de Doe. Quelques heures plus tard, le président Doe annonce l’échec de la tentative de putsch et les militaires restés fidèles au régime descendent dans la rue pour fêter l’évènement. Quelques jours plus tard, Quiwonkpa est arrêté et exécuté par l’armée de Doe à Monrovia.

6 Janvier 1986 - Samuel Doe, le président de la seconde république est investi dans ses fonctions et une nouvelle constitution – toujours d’actualité - entre en vigueur.

24 Décembre 1989 – Début de la guerre civile. Charles Taylor monte une insurrection, depuis la Cote d’Ivoire voisine, dans la ville frontalière de Butuo, dans le comté de Nimba, au nord du pays, avec l’aide d’un groupe de miliciens formés en Libye.

1990

30 Mai 1990 –Les chefs d’Etat membres de la CEDEAO se rencontrent à Banjul, en Gambie pour débattre de la situation de guerre civile au Liberia. Un Comité de médiation de cinq membres chargé d’élaborer un plan de règlement pour mettre un terme à la guerre civile est mis sur pied.

Juin 1990 – Les rebelles de Charles Taylor et l’armée de Doe s’affrontent à Monrovia. Plusieurs civiles sont tuées et déplacés.

Juillet 1990 – Quelque 600 hommes, femmes et enfants qui, fuyant les combats, se sont réfugiés dans l’église Luthérienne de Monrovia sont massacrés par les forces gouvernementales.

6 Juillet 1990 – Les chefs d’Etat des pays de la CEDEAO se réunissent une nouvelle fois à Banjul et conviennent d’envoyer une force multinationale de maintien de la paix à Monrovia.

Juillet 1990 – Un groupe dissident du mouvement rebelle de Charles Taylor, conduit par le Général Prince Johnson entre dans Monrovia.

7 Août 1990 – Le Comité de médiation de la CEDEAO met sur pied un groupe d’observateurs militaires, l’ECOMOG, dont la mission est de résoudre les conflits en Afrique de l’ouest et en particulier au Liberia.

8 Août 1990 – Les combattants rebelles de Taylor pénètrent dans l’ambassade du Nigeria à Monrovia et tuent des ressortissants nigérians qui y avaient trouvé refuge, alors qu’ils demandaient expressément à leur chef d’Etat d’envoyer des troupes de maintien de la paix au Liberia.

24 Août 1990 – Le premier contingent des 4 000 troupes de maintien de la paix de l’ECOMOG, commandées par le Ghana et le Nigeria et comprenant des soldats de guinéens, de sierra léonais et de gambiens arrivent à Monrovia. Opposés à leur intervention, les combattants rebelles de Taylor ont attaqué les forces de l’ECOMOG.

9 Septembre 1990 – Le président Samuel Doe est arrêté et torturé à mort par Prince Johnson et ses combattants rebelles. L’évènement est filmé et les cassettes sont distribuées dans la capitale.

27 Novembre 1990 – La première tentative de pourparlers de paix initiée par la CEDEAO se déroule à Bamako, au Mali. Le professeur Amos Sawyer, le premier chef d’Etat libérien par intérim, est investi dans ses fonctions.

28 Novembre 1990 – Les rebelles de Taylor et les soldats de Doe signent le premier accord de cessez-le-feu du Liberia à Bamako, au Mali.

21 Décembre 1990 – Un nouvel accord de paix est signé à Banjul entre le gouvernement par intérim, les rebelles de Taylor et les partisans de Doe.

Janvier 1991 – Charles Taylor rejette les accords de paix précédemment signés et forme un gouvernement dont le siège se trouve dans la ville de Gbarnga, au centre du pays. Ses forces contrôlent 90 pour cent du pays.

13 Février 1991 – Signature de l’accord de paix de Lomé. Il permet le déploiement des forces de l’ECOMOG sur l’ensemble du territoire libérien. L’accord ne sera jamais appliqué.

Avril 1991 – Le Mouvement uni de libération pour la démocratie (ULIMO), formé en Guinée et en Sierra Leone par d’anciens partisans de l’ex-président Doe, envahit le Liberia pour combattre Charles Taylor. Le mouvement est dirigé par Alhaji Kromah, ancien ministre de l’information sous le régime de Doe.

30 Juin 1991 – Charles Taylor, le chef des rebelles et le président par intérim Amos Sawyer se rencontrent à Yamoussoukro, en Côte d’Ivoire, pour une réunion de réconciliation.

14 Octobre 1992 – Les rebelles de Charles Taylor lancent une attaque contre les troupes de maintien de la paix et le gouvernement par intérim à Monrovia.

17 Juillet 1993 – L’ULIMO, le gouvernement par intérim et les rebelles de Taylor se rencontrent et signent un accord de cessez-le-feu à Genève.

25 Juillet 1993 – Un nouvel accord de paix est signé à Cotonou au Bénin, sous l’égide de la CEDEAO, l’Organisation de l’unité africaine (actuellement connue sous le nom d’Union africaine) et l’ONU. Des plans de désarmement et un nouveau gouvernement de transition censé organiser les élections générales en février 1994 - qui n’auront jamais lieu - sont acceptés.

12 Septembre 1994 – Un nouvel accord de paix est signé par toutes les parties en conflit à Akosombo au Ghana, encore une fois sous l’égide de la CEDEAO. Les parties en conflit acceptent de créer un conseil d’Etat de cinq membres pour superviser les élections générales en octobre 1995. Les élections n’auront jamais lieu.

21 Décembre 1994 – Les parties en conflit, représentés par cinq factions armées - se rendent à Accra, au Ghana, pour de nouveaux pourparlers de paix. Ils conviennent d’organiser des élections en novembre 1995, mais celles-ci n’auront jamais lieu.

1995

Septembre 1995 –Investiture de Charles Taylor, Alhaji Kromah et George Boley, des seigneurs de guerre, ainsi que de trois représentants de la société civile. Ils deviennent membres d’une présidence collégiale qui dirigera un gouvernement de transition

6 Avril 1996 – Des combats éclatent dans Monrovia et opposent les forces alliées de Charles Taylor et d’Alhaji Kromah à celles de Roosevelt Johnson, un seigneur de guerre, mais qui avait dirigé un groupe dissident de l’ULIMO de Kromah. Quelque 1 000 civils sont tués et les domiciles et les bureaux du personnel de l’ONU sont pillés.

17 Août 1996 – Un nouvel accord de paix est signé par les parties en conflit (au nombre de sept, désormais) et les représentants de la société civile à Abuja, au Nigeria, parrainé à nouveau par la CEDEAO. Ruth Sando Perry devient la présidente d’un nouveau gouvernement de transition qui doit organiser des élections le 30 mai 1997.

22 Novembre 1996 – L’ECOMOG entame le désarmement des parties en conflit avec l’aide de la Mission d’observation des Nations unies au Liberia.

19 Juillet 1997 - Charles Taylor remporte les élections supervisées par la CEDEAO, devant deux autres seigneurs de guerre, Alhaji Kromah et George Boley. Le slogan de la campagne de Taylor incluait des phrases telle que : « Il a tué ma mère, il a tué mon père, mais je vote pour lui ».

4 Août 1997 – Investiture de Charles Taylor à la présidence de la république pour un mandat de 6 ans. Six chefs d’Etat africains sont présents à la cérémonie qui se déroule à Monrovia.

18 Septembre 1998 – Les forces de sécurité du gouvernement de Taylor s’opposent aux anciens rebelles.

Avril 1999 – Des dissidents, supposés venir de Guinée, et regroupés au sein des Forces unies pour la libération du Liberia (JFFL), lancent leur première attaque contre des villages au Liberia et prennent en otage six travailleurs humanitaires internationaux.

Juillet 1999 – Un groupe de Libériens exilés forme à Freetown, en Sierra Leone, les Libériens unis pour la réconciliation et la démocratie (LURD), qui s’oppose au régime de Taylor.

2000

Septembre 2000 – Les rebelles du LURD lancent une attaque depuis la Guinée contre des villages du nord du Liberia, dans le comté de Lofa.

May 2001 – Le Conseil de sécurité de l’ONU impose un embargo sur les armes au Liberia, après avoir constaté que Taylor s’adonne à un trafic d’arme et de diamants avec les rebelles du Sierra Leone.

8 Février 2002 - Charles Taylor décrète l’Etat d’urgence après que les rebelles du LURD aient gagné du terrain dans le nord-ouest du Liberia.

4 Juin 2003 – Début des pourparlers de paix du Liberia à Accra, au Ghana. Le Tribunal spécial pour la Sierra Leone inculpe Charles Taylor de 17 chefs d’accusation de crimes de guerre pour son soutien à la rébellion en Sierra Leone.

6 Juin 2003 – Première offensive des rebelles du LURD au sud de Monrovia.

24 Juin 2003 – Les rebelles du LURD mènent une seconde offensive sur Monrovia, mais sont repoussés par les troupes de Taylor.

17 Juin 2003 – Les médiateurs du LURD et un second groupe rebelle, le Mouvement pour la démocratie au Liberia (MODEL), ainsi que les représentants du gouvernement de Taylor signent un premier cessez-le-feu, suite aux accord de paix d’Accra, au Ghana.

19 Juin 2003 – Le cessez-le-feu est rompu et le LURD organise sa troisième et dernière attaque sur Monrovia, faisant près de 600 000 déplacés. Le bombardement intensif de la ville fait plus 1 000 morts parmi les civils.

27 Juin 2003 – Un nouveau cessez-le-feu est signé à Accra, au Ghana.

4 July 2003 – Les chefs militaires de la CEDEAO acceptent d’envoyer 3 000 hommes au Liberia pour y restaurer la paix.

6 Juillet 2003 - Charles Taylor cède sous la pression internationale et accepte de quitter le Liberia. Il se réfugie au Nigeria.

4 Août 2003 – Un premier contingent de 200 soldats nigérians des forces ouest africaines de maintien de la paix est dépêché à Monrovia pour assurer la stabiliser du Liberia.

11 Août 2003 - Charles Taylor démissionne et abandonne le pouvoir à son vice président. Trois chefs d’Etat africains se rendent à Monrovia pour assister à la cérémonie.

18 Août 2003 – Les trois parties en conflit au Liberia et les représentants de la société civile signent un accord de paix au Ghana sur la formation d’un gouvernement intérimaire.

21 Août 2003 – Les parties en conflit nomment Gyude Bryant et Wesley Johnson président et vice président d’un gouvernement de transition élargi.

19 Septembre 2003 – Le Conseil de sécurité de l’ONU autorise le déploiement de 15 000 casques bleus de l’ONU au Liberia.

1 Octobre 2003 – Entrée en fonction de la Mission des Nations unies au Libéria (Minul) qui prend le relais de la CEDEAO.
14 Octobre 2003 – Un gouvernement de transition élargi constitué de représentants de l’armée et de la société civile est inauguré.

1 Décembre 2003 – L’ONU lance officiellement un programme de désarmement des ex-combattants sur l’ensemble du territoire.

7 Décembre 2003 – Les combattants se soulèvent à Monrovia pour dénoncer la désorganisation du programme de désarmement, ce qui entraîne une suspension provisoire du processus.

27 Décembre 2003 – Les casques bleus de l’ONU se déploient pour la premièrement fois à l’extérieur de Monrovia.

12 Janvier 2004 – L’ONU entame la formation des nouvelles forces de police libérienne.

4 Février 2004 – Une conférence sur la reconstruction du Liberia débute à New York. 520 millions de dollars américains sont promis pour aider à la reconstruction du pays.

15 Avril 2004 – Le processus de désarmement reprend après trois mois de suspension.

31 Octobre 2004 – Le gouvernement de transition annonce la fin officielle du programme de désarmement bien que ce dernier se poursuit dans certaines régions isolées. Près de 100 000 hommes, femmes et enfants soldats ont été désarmés.

3 Novembre 2004 – Les trois parties en conflit sont officiellement dissoutes.

8 Novembre 2004 – Un premier groupe de personnes déplacées à l’intérieur du pays commence à regagner leur région d’origine.

2005

7 Février 2005 – La Commission nationale électorale publie le programme des élections législatives et présidentielles prévues pour le 11 octobre.

11 Octobre 2005 – Les élections présidentielles et législatives supervisées par des observateurs internationaux ont lieu. L’ancienne star du football George Weah et Ellen Johnson-Sirleaf remportent le premier tour des élections.

8 Novembre 2005 – Les libériens votent pour départager les deux candidats présidentiables du second tour, Ellen Johnson-Sirleaf et Georges Weah.

23 Novembre 2005 – La commission électorale nationale proclame officielle la victoire d’Ellen Johnson-Sirleaf au second tour des élections.

16 Janvier 2006 – Investiture de la nouvelle présidente, Ellen Johnson-Sirleaf. C’est la première femme chef d’Etat au Liberia et en Afrique.