Dossier

Guerre contre la drogue

Dommages collatéraux

Au mieux, la guerre contre la drogue aura été une initiative peu judicieuse. Elle a coûté des milliards de dollars et un nombre incalculable de vies humaines. IRIN s’est intéressé aux dommages collatéraux provoqués par la politique mondiale de lutte antidrogue dans les pays en voie de développement.

Les décideurs commencent à se faire à l’idée que la guerre contre la drogue, qui a coûté des milliards de dollars et tué ou gâché la vie d’innombrables personnes, n’était pas une bonne idée.

Les pays d’Amérique latine, qui ont fait les frais de la violence et du chaos engendrés par cette politique, sont les premiers à la remettre en question. Même l’enthousiasme des États-Unis retombe. Pendant des années, ce pays a été à la tête de la croisade internationale contre le trafic de drogue en étranglant la production. Mais aujourd’hui, certains de ses États expérimentent la dépénalisation de la marijuana.

Il est difficile de savoir à quoi ressemblera la politique mondiale de lutte contre la drogue après la session extraordinaire de l’Assemblée générale des Nations Unies (UNGASS) de 2016, qui réunira les États membres pour débattre de la question. 

Ce dossier cherche à analyser les failles du système actuel et à mettre en évidence les impacts humanitaires — les dommages collatéraux — de ces politiques dans les pays en voie de développement.