Appel à l'aide internationale pour financer la lutte contre la méningite

Le gouvernement du Burkina Faso vient de lancer un appel à l’aide internationale pour recueillir 1,6 million de dollars américains nécessaires au financement d’un programme de lutte contre l’épidémie de méningite qui sévit dans le pays.

Au moins 2 752 cas de méningite bactérienne ont été recensés cette année, dont 258 mortels, ce qui représente 700 nouveaux cas par rapport à l’année dernière, à la même période.

« J’appelle solennellement tous les partenaires du Burkina Faso, qui ont toujours été à nos côtés, à nous apporter à nouveau leur aide afin que nous puissions, ensemble, endiguer cette épidémie le plus tôt possible», a déclaré vendredi devant la presse, Alain Yoda, le ministre de la Santé.

Le ministre a également annoncé que le gouvernement avait urgemment besoin de plus de trois millions de doses de vaccin contre la méningite pour mener à bien sa campagne de vaccination dans quinze provinces du pays.

Le mois dernier, les autorités burkinabè avaient fait savoir que le Burkina Faso pourrait être confronté cette année à une épidémie majeure de méningite en raison de l’absence de couverture sanitaire dans les districts qui ont été touchés par l’épidémie en 2006. Le gouvernement a adopté un programme d’un montant de 2,2 millions de dollars pour lutter contre l’épidémie, mais l’Etat ne dispose pas d’argent pour le financer.

Quant à l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), elle a indiqué, par la voix de son représentant au Burkina Faso, le Dr Amidou Baba-Moussa, qu’elle mettrait bientôt une certaine quantité de vaccins à la disposition du gouvernement.

Les laboratoires pharmaceutiques ne prennent l’initiative de produire d’importantes quantités de vaccins contre la méningite que dans le cas d’une grave épidémie. En outre, les doses fournies sont rarement supérieures à 500 000 unités.

« Il y a deux logiques qui s’affrontent ici : la logique humanitaire et la logique commerciale ; et les laboratoires ne produisent des doses de vaccin que ci cela peut leur ouvrir un débouché commercial », a ajouté M. Moussa.

Entre temps, le gouvernement a lancé une campagne d’information dans les onze langues nationales pour sensibiliser la population à la détection des symptômes de la méningite. Un comité national de lutte contre la méningite a également été mis sur pied. Il est composé de l’OMS, du Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) et de Médecins Sans Frontières (MSF). Une formation sur la surveillance épidémiologique a été dispensée aux autorités sanitaires du pays.

Une campagne de vaccination est en cours dans les districts de Banfora (Ouest), Batie (Sud-Est) et Titao (Nord) touchés par l’épidémie.

Des chercheurs au Mali testent actuellement un médicament qui est produit en Inde et qui, selon eux, pourrait réduire de moitié les effets de la maladie, une fois les tests terminés en 2009.