La population essaie de trouver des vaccins alors que la méningite se propage

Alors que 40 cas de méningite dont 11 décès ont été signalés dans quatre départements le 31 janvier, les Ivoiriens font leur possible pour permettre à leurs proches de se faire vacciner.

Le ministère de la Santé a déclaré que le seuil épidémique avait été atteint dans les départements de Kouto et Tengrela au nord du pays. Il a mis en place des équipes de santé mobiles et organisé des campagnes de vaccination gratuite avec l’aide de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et de l’UNICEF.

Les méningites bactériennes et virales sont des maladies qui entraînent une inflammation des membranes qui entourent le cerveau et de la moelle épinière. Les méningites bactériennes ont un taux de mortalité élevé.

Les habitants de Saminkro (dans le centre du pays) et de Kani (dans le centre-ouest), deux villes également touchées, doivent débourser 5 dollars par vaccin ou 3 dollars s’ils se présentent en groupe. Les habitants de ces départements – et des régions environnantes – ont demandé au ministère de la Santé de faire baisser les prix, car nombre d’entre eux ont des difficultés à rassembler suffisamment d’argent pour faire vacciner les membres de leurs familles.

« C’est une question économique », a dit à IRIN Jeremie Ipo, le directeur du centre médical du village de Poungbè dans le district de Korhogo. « Nous ne pourrons réduire le prix du vaccin que si la demande est suffisamment importante ».

Le gouvernement a récemment abandonné la mesure de gratuité des soins de santé pour tous à cause de la montée en flèche des coûts. Les accouchements et la vaccination contre certaines maladies affectant les enfants de moins de six ans sont toujours pris en charge, mais le vaccin contre la méningite ne l’est plus.

La Côte d’Ivoire est l’un des pays de la ceinture de la méningite, qui s’étend en Afrique sub-saharienne du Sénégal à l’ouest jusqu’à l’Éthiopie à l’est. Lors de l’épidémie de méningite de 2009-2010, plus de 900 personnes sont décédées et plus de 13 000 personnes ont été infectées au Burkina Faso, au Mali, au Niger et au Nigéria.

oa/aj/cb-mg/amz