La France formera des forces de sécurité à Bangui

La France formera et équipera trois bataillons de l'armée de la République Centrafricaine (RCA), ainsi que des unités de gendarmerie, pour aider à restaurer la sécurité dans le pays, a annoncé mardi le ministre français des Affaires Etrangères, Dominique de Villepin, en visite dans la capitale centrafricaine Bangui.

"Le premier bataillon sera formé et équipé avant la fin de l'année," a-t-il annoncé lors d'une conférence de presse tenue à l'aéroport M'poko de Bangui, à l'issue d'une visite de trois heures.

Soulignant que la priorité du gouvernement était la restauration de la sécurité dans tout le pays, M. de Villepin a fait savoir qu'une unité mobile de gendarmerie serait formée et équipée, ainsi que des unités territoriales pour l'ensemble du pays, d'une superficie de 623 000 km².

"Trente brigades territoriales recevront une formation, dont une quinzaine avant la fin de l'année," a-t-il précisé.

M. de Villepin est arrivé à Bangui après une visite à Libreville et Brazzaville, capitales du Gabon et de la République du Congo. Il a indiqué qu'il s'était entretenu avec les présidents Omar Bongo du Gabon et Denis Sassou-Nguesso du Congo à propos de la restauration de la stabilité en Centrafrique.

La Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale (CEMAC), présidée par M. Sassou-Nguesso, maintient un contingent de 380 soldats en RCA. Cette force est entièrement soutenue et équipée par la France.