Global Witness demande à la France d'oeuvrer pour la transparence des revenus pétroliers

A l'occasion de la visite au Congo du ministre des affaires étrangères français, Dominique de Villepin, ce mardi, l'organisation Global Witness a demandé à la France d'oeuvrer pour plus de transparence concernant les revenus pétroliers au Congo-Brazzaville, dans le but de lutter contre les détournements de fonds, la corruption et l'appropriation illicite des ressources et de permettre un développement durable.

"Au regard de l'importance des liens historiques et économiques entre la France et le Congo, M. de Villepin devrait saisir cette opportunité pour mettre en oeuvre les engagements de son gouvernement pour assurer une meilleure transparence des revenus pétroliers" a affirmé Sarah Wykes, chargée de la campagne pour Global Witness.

Le manque de transparence dans la gestion des ressources naturelles a contribué à l'endettement et à la mauvaise gouvernance au Congo, a affirmé Global Witness qui travaille sur les liens entre les ressources naturelles,les conflits et la corruption.

"L'affaire ELF vient de révéler comment le système secret de bonus, abonnements, et préfinancement mis en place par l'ancienne compagnie pétrolière française a encouragé l'endettement et la mauvaise gouvernance dans ce pays", a expliqué le communiqué de Global Witness.

La transparence des revenus pétroliers au Congo est pour le FMI et la Banque Mondiale la condition sine qua non d'un développement durable, le pétrole étant la première source de revenu du pays, a rapporté Global Witness.

Global Witness a proposé ainsi "la publication des paiements aux gouvernements par les entreprises multinationales et de ses recettes par les gouvernements", ainsi que le suggère la campagne internationale "Publiez ce que vous payez" initiée par Global Witness en 2002 et soutenue par plus de 130 ONG. Le but est d'offrir aux parlements et aux citoyens des états concernés, des informations sur l'usage de ces fonds.
[Pour plus d'informations sur la campagne : www.publishwhatyoupay.org]

La France a, par ailleurs, joué un rôle essentiel au sommet du G8, à Evian, dans la reconnaissance de "l'urgence d'avoir plus de transparence dans la gestion des recettes provenant du pétrole, du gaz et des ressources minières des pays pauvres, riches en ressources naturelles", a rapporté Global Witness.

La France a également participé à "l'initiative pour la transparence des industries extractives" (Extractive Industries Transparency Initiative EITI), a rappelé Global Witness. Ce modèle, initié par le premier ministre britannique, Tony Blair, au sommet mondial pour le développement de Johannesburg en 2002, permet de vérifier que les paiements effectués par les compagnies sont bien encaissés par le Trésor Public.
[Pour plus d'informations sur EITI: http:/www.dfid.gov.uk/news/News/files/eiti_intro.htm]

"Le représentant du gouvernement francais à EITI a appuyé sans réserve cette initiative et a déclaré que son gouvernement serait prêt à dialoguer avec les gouvernements et compagnies pour mettre en oeuvre la transparence des revenus pétroliers", a rapporté Global Witness.

De son côté, le gouvernement congolais s'est engagé avec le FMI à offrir plus de transparence, même si le dernier rapport du Fond Monétaire International a mis en avant que "le développement de la transparence et la responsabilité financière au sein de la compagnie nationale demeure encore un défi important", a rapporté Global Witness.

Le Congo est une ancienne colonie française. La France est aujourd'hui son principal partenaire économique et allocatrice d'aides bilatérales.