L'Echo de la guerre

Selim et Leila étaient agriculteurs à Dera'a, dans le sud-ouest de la Syrie, quand leur village a été bombardé par les forces gouvernementales. Décidés à quitter le pays, ils ont fui, de nuit, escortés par l’Armée syrienne libre. Un voyage terrifiant, à travers une zone contrôlée par le régime. Des sédatifs ont été donnés aux enfants pour qu’ils restent calmes et évitent au groupe de se faire repérer. Une partie de la famille est toujours coincée en Syrie.

Selim, Leila et leurs huit enfants vivent désormais à Za’atari, un camp tentaculaire de plus de 110 000 réfugiés situé en Jordanie, à seulement 15 kilomètres de la frontière syrienne.

L’Echo de la guerre, une nouvelle série de films d’IRIN, suit Leila, Selim et les leurs durant une année entière, depuis leur arrivée à Za’atari en décembre 2012. Les différents films dressent un portrait intime de la famille, de leurs difficultés à s’adapter à la vie dans le camp, des traumatismes nés du conflit et de la pression qui pèse sur Selim pour retourner se battre en Syrie, aux côtés des rebelles.