Moloantoa Mokhomphatha – Ouvrier du bâtiment au Lesotho

Moloantoa Mokhomphatha est un ouvrier du bâtiment bien connu dans sa communauté, à 45 km de la capitale du Lesotho, Maseru. En plus de son salaire pour son travail de construction, il gagne un peu d’argent en élevant des vaches qu’il loue aux autres villageois. Il fait également pousser des légumes et du maïs, et élève quelques porcs pour leur viande.

Sans capital à investir, cependant, M. Mokhomphatha n’a pas pu se lancer dans l’exploitation agricole commerciale ou agrandir son entreprise de construction. Récemment, le travail de construction est devenu tellement rare qu’il a été obligé de vendre quelques vaches. La sécheresse désastreuse de la saison dernière l’a aussi laissé sans récolte de maïs cette année.

Nom :Moloantoa Mokhomphatha

Âge : 42 ans

Lieu : Machache

Est-ce que votre épouse vit avec vous ? Oui.

Quel est votre salaire mensuel ? Cela dépend du volume de travail que j’arrive à faire.

Quel est le montant total de vos revenus – y compris le salaire de votre épouse, ainsi que toute autre source de revenus supplémentaire ? Parfois, j’arrive à gagner 5 000 maloti [614 dollars] par mois si quelqu’un m’emploie pour construire ou pour faire le toit d’une maison, mais je n’ai pas de revenu fixe.

Combien de personnes vivent chez vous – quels sont vos liens de parenté ? Ma femme et mes cinq enfants.

Combien de personnes dépendent de votre revenu ou du revenu de votre épouse – quels sont vos liens de parenté ? En plus de ma femme et de nos enfants, en tant que seul garçon et aîné de ma famille – je suis responsable de ma mère et de mes deux neveux.

Combien dépensez-vous par mois pour la nourriture ? 700 maloti [86 dollars].

Quel est votre aliment de base principal – combien vous coûte-t-il par mois ? Notre aliment de base principal est la farine de maïs. Cela coûte 225 maloti [28 dollars] par mois.

Combien payez-vous pour le loyer ? Je ne paie pas de loyer ; j’ai une maison de deux pièces et une cabane pour entreposer ma production agricole.

Combien dépensez-vous pour le transport ? Nous allons rarement en ville mais, en moyenne, nous dépensons environ 150 maloti par mois [18 dollars].

Combien dépensez-vous par mois pour l’éducation de vos enfants ? Plus de 1 000 maloti [123 dollars].

Après avoir payé toutes vos factures du mois, combien vous reste-t-il ? Il n’y a pas de chiffre fixe, mais parfois il ne me reste rien.

Avez-vous, vous ou un autre membre de votre famille, été obligé de sauter des repas ou de réduire les portions de nourriture au cours des trois derniers mois ? Nous ne sautons pas automatiquement de repas, mais nous sommes parfois obligés de réduire nos portions pour finir le mois.

Avez-vous été obligé d’emprunter de l’argent (ou de la nourriture) au cours des trois derniers mois pour subvenir aux besoins essentiels de votre famille ? Oui, au moins deux fois, j’ai dû emprunter de l’argent pour payer les frais scolaires.

« Je n’ai pas de revenu fixe. Parfois, je n’ai pas de travail pendant des mois, et je dépends de mes maigres économies pour survivre. Je n’ai pas de travail depuis six mois à cause du haut niveau de pauvreté dans la région. Si les gens sont au chômage, cela signifie que je ne peux pas construire des maisons ou faire des toits.

« Je possède deux vaches qui me donnent un total d’environ cinq litres [de lait] par jour et je vends chaque litre cinq maloti [0,60 dollar]. Je cultive aussi des légumes, mais les revenus de mes récoltes sont saisonniers. Je fais normalement pousser mon propre maïs, mais si la météo est mauvaise, je suis forcé d’acheter la farine de maïs au magasin.

« Récemment, je me suis lancé dans la vente de vêtements, mais les affaires n’ont pas encore décollé. J’ai dû vendre quelques-uns de mes meilleurs bœufs qui me servaient à semer et à transporter du bois pour les villageois.

« Mon fils et deux de mes neveux sont au lycée et je suis chargé de leur éducation. Cela coûte plus de 10 000 maloti [1 229 dollars] par an de tous les envoyer à l’école.

« J’ai décroché un jour un petit contrat pour approvisionner en poivrons verts un magasin de produits agricoles en ville, mais je n’ai pas pu remplir mon contrat, car j’avais trop peu planté. Je veux agrandir ma ferme et élever beaucoup de porcs, mais cela va dépendre du soutien du gouvernement ; le gouvernement doit nous aider ».

ms/ks/rz-fc/amz