John Tamba – Maître d’école au Liberia

Lorpu John Tamba enseigne les mathématiques dans une école primaire de Paynesville, dans la banlieue de Monrovia. Il fait vivre ses quatre enfants et sa femme grâce à son salaire et ils habitent une petite maison de deux pièces.

Nom : John Tamba

Âge : 41 ans

Lieu : Paynesville

Est-ce que votre épouse vit avec vous ? Oui.

Quelle est votre activité principale ? Enseignant à l’école primaire.

Quel est votre salaire mensuel ? 100 dollars.

Quel est le montant total de vos revenus – y compris le salaire de votre épouse, ainsi que toute autre source de revenus supplémentaire ? 185 dollars.

Combien de personnes vivent chez vous – quels sont vos liens de parenté ? Six – ma partenaire et nos quatre enfants âgés de 2, 8, 16 et 21 ans.

Combien de personnes dépendent de votre revenu ou du revenu de votre épouse – quels sont vos liens de parenté ? Toute la famille.

Combien dépensez-vous par mois pour la nourriture ? Au moins 100 dollars.

Quel est votre aliment de base principal – combien cela vous coûte par mois ? Le riz. 60 dollars le sac.

Combien payez-vous pour le loyer ? 20 dollars pour un logement très modeste.

Combien dépensez-vous pour le transport ? 25 dollars.

Combien dépensez-vous par mois pour l’éducation de vos enfants ? L’école est gratuite mais nous dépensons 25 dollars pour les manuels scolaires, les uniformes et les autres fournitures.

Après avoir payé toutes vos factures du mois, combien vous reste-t-il ? 20 dollars pour les urgences.

Avez-vous, vous ou un autre membre de votre famille, été obligé de sauter des repas ou de réduire les portions de nourriture au cours des trois derniers mois ? Oui, ça nous arrive souvent. Nous le faisons habituellement pour économiser un peu d’argent pour finir la semaine.

Avez-vous été obligé d’emprunter de l’argent (ou de la nourriture) au cours des trois derniers mois pour subvenir aux besoins essentiels de votre famille ? Oui. Lorsque nous manquons d’argent une fois nos factures payées, nous empruntons souvent de l’argent aux voisins pour continuer à faire vivre la famille.

« J’adore mon métier et j’adore être avec les enfants. Je gagne 100 dollars par mois, ce qui n’est pas suffisant pour payer nos factures mensuelles. Cela m’attriste tous les jours.

« Parfois, je veux démissionner mais quand je pense au chômage dans le pays, je me retiens. J’ai demandé une augmentation mais ce n’est pas pour bientôt. Cent dollars, ce n’est pas assez pour que nous soyons une famille heureuse.

« Ma partenaire nous apporte également 85 dollars en allant vendre sur le marché mais, même ainsi, nous ne couvrons pas nos dépenses mensuelles. Nous avons quatre enfants – Emmanuel, 21 ans, Peter, 16 ans, Toe, 8 ans et Annie, 2 ans – qui dépendent tous de nous pour leur éducation et leur santé. Nous dormons tous dans la même pièce. Emmanuel et Peter sont les deux seuls enfants qui sont scolarisés pour le moment. Ils vont à l’école publique qui est pratiquement gratuite, mais nous devons payer les fournitures scolaires.

« Nous devons faire beaucoup de sacrifices pour qu’ils continuent à étudier. Les temps sont durs mais nous faisons tout notre possible pour continuer à faire vivre notre famille. Mais le fait que je ne puisse pas mener une vie correcte est un véritable cauchemar pour moi.

« Depuis la fin de la guerre au Liberia, trouver un bon travail est difficile. Je suis professeur diplômé, mais je ne peux pas trouver de travail bien payé. La situation économique est dure. Parfois, je suis payé en retard. Et nous vivons comme ça depuis 15 ans.

« Après avoir réglé toutes les factures, il nous reste seulement 20 dollars pour les urgences. C’est comme ça que nous vivons depuis 15 ans.

« La meilleure nouvelle que j’ai apprise récemment est que le gouvernement du Liberia avait augmenté le budget de l’éducation pour cette année. Si la loi passe, un enseignant de primaire diplômé gagnera un minimum de 150 dollars.

« Est-ce que ma situation sera meilleure d’ici un an ? C’est une question difficile. Si le gouvernement augmente le salaire des enseignants, alors oui. Si les dirigeants du pays redressent l’économie, si la lutte contre la corruption s’intensifie et si les coupables sont traduits en justice, si le prix du riz, l’aliment de base, baisse, tout comme le prix des produits courants, alors ça ira beaucoup mieux ».

pc/aj/cb-fc/amz