Lire l'article en: English - عربي

ALIMENTATION: La flambée des prix peut être évitée malgré un resserrement de l'approvisionnement

JOHANNESBOURG, 11 novembre 2012 (IRIN) - Après une année de graves sécheresses qui ont frappé les principaux pays producteurs de céréales, les projections de récolte pour 2013 ne sont pas optimistes concernant les réserves mondiales de blé, de maïs et de soja, selon l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). Cependant, les dégâts peuvent être limités par un système établi afin d’empêcher une nouvelle envolée des prix des denrées alimentaires comme ce fut le cas en 2007-08.

Mis en place depuis un an à l’initiative du G20, le Système d’information des marchés agricoles (AMIS), qui répertorie les plus gros producteurs et consommateurs de céréales de base au niveau mondial, permettrait d’endiguer la flambée des prix des denrées alimentaires.

Empêcher la panique des marchés

Lorsque les prix du maïs et du blé ont commencé à grimper cette année, après des annonces de production réduite aux États-Unis et en Europe de l’est du fait de la sécheresse, beaucoup ont prédit une nouvelle crise des prix alimentaires. Certains s’attendaient à ce que l’AMIS convoque la réunion du Forum de réponse rapide, son principal mécanisme d’urgence pour « répondre à l’incertitude des marchés », a déclaré Denis Drechsler, responsable du projet de l’AMIS.

Au lieu de cela, l’AMIS a conseillé aux pays membres – tous des acteurs importants du marché mondial de l’offre et la demande des principales céréales de base – de ne pas convoquer de réunion. La raison était, premièrement, que la « situation des marchés ne justifiait pas cette réaction et deuxièmement… cela aurait envoyé le mauvais message quant à la gravité de la situation ».
L’AMIS « a permis d’éviter la panique et a empêché la pire sécheresse depuis des décennies [aux États-Unis] de se transformer en une crise des prix alimentaires, comme cela s’était produit dans le passé », a déclaré le directeur général de la FAO, José Graziano da Silva, dans une allocution.


Photo: Agricultural Marketing Information System
Équilibre entre l’offre et la demande au mois de novembre, d’après l’AMIS Agricultural Marketing Information System
« Les sécheresses et les inondations ne sont pas ce qui cause les crises, c’est le manque de gouvernance. Dans un monde globalisé, on ne peut pas avoir la sécurité alimentaire dans un seul pays ou une seule région. Nous devons renforcer la gouvernance mondiale de la sécurité alimentaire ».

Besoin de davantage d’informations

Suite à la hausse des prix des denrées alimentaires en 2007-08 et, de nouveau, en 2010, des experts ont indiqué que des informations précises et rapides sur les réserves de nourriture des principaux exportateurs et importateurs de céréales pouvaient contribuer à freiner les hausses de prix soudaines et anormales qui menacent la sécurité alimentaire. Ces remarques sont à l’origine de la création de l’AMIS.

Les experts ont également insisté sur le besoin d’informations concernant les décisions politiques prises par les principaux exportateurs et importateurs, car ces dernières peuvent avoir un impact sur les réserves mondiales de céréales – sous forme de restrictions d’exportation ou d’importation, par exemple. Certains pays ne partagent pas leurs informations sur ces politiques, ce que de nombreux experts en alimentation rendent responsable des hausses de prix.

« Nous n’avons pas encore atteint notre objectif – nous avons seulement établi des données historiques de production et nous publions en ligne les réserves de denrées alimentaires actuelles », a déclaré M. Drechsler. « Mais nous sommes sur le bon chemin. Il faudrait également que les pays nous disent quelle quantité de céréales de bases ils réservent à la production de biocarburant, par exemple ».

jk/rz-fc/amz/ag

Theme (s): Alerte précoce, Environnement, Sécurité alimentaire, Santé et nutrition, Catastrophes naturelles,

[Cet article ne reflète pas nécessairement les vues des Nations Unies]

Partager l’article

Commentaire