Chronologie des événements clés depuis le 18 mai

Des centaines de personnes ont été tuées ou blessées durant les quatre mois de protestation contre le régime du président Ali Abdallah Saleh. Ci-dessous, une chronologie des principaux événements qui ont eu lieu depuis le 18 mai :



Chronologie des manifestations 5 avril – 14 mai



18 mai : Un affrontement opposant des centaines de manifestants anti-gouvernement et la police ainsi que des casseurs soupçonnés d’être payés par le gouvernement fait quatre morts et 17 blessés à Taïz, à 250 kilomètres au sud de Sanaa.



20 mai : Des centaines de milliers de protestataires manifestent à Sanaa et dans 16 autres villes à l’occasion de ce qu’ils ont eux-mêmes appelé le « vendredi de l’alignement ». Des milliers de partisans pro-Saleh se rassemblent sur la place Al-Sabeen, à proximité du palais présidentiel de Sanaa.



22 mai : La jeunesse révolutionnaire et les soldats de la première division blindée ayant déserté l’armée du régime se rassemblent à Sanaa à l’occasion du 21e anniversaire de l’unité entre le Nord et le Sud. Le secrétaire général du Conseil de coopération du Golfe (CCG) Abdellatif al-Zayani et d’autres diplomates arabes et étrangers sont évacués par hélicoptère de l’ambassade des Émirats arabes unis à Sanaa après un siège de 10 heures mené par des centaines de partisans pro-Saleh armés protestant contre la signature prévue du plan de transition du CCG par le président.



23 mai : Dans le quartier d’AlHasaba, au nord de Sanaa, des affrontements entre l’armée du régime et des fidèles armés de cheikh Sadek al-Ahmar, le leader de la confédération tribale des Hashed et l’un des principaux soutiens de la « révolution de la jeunesse », font trois morts et 25 blessés. Des centaines de familles fuient leur domicile.



25 mai : De nouveaux affrontements entre l’armée et les partisans d’al-Ahmar font quatre morts et plus de 10 blessés. La prise de contrôle de Zinjibar, la capitale du gouvernorat d’Abyan située à quelque 500 kilomètres au sud-est de Sanaa, par des groupes de militants soupçonnés d’être affiliés à Al-Qaïda, fait deux morts et plusieurs blessés.



26 mai : L’attaque des forces pro-Saleh contre les forces d’al-Ahmar à Sanaa après la prise de contrôle de plusieurs bâtiments publics par le leader tribal entraîne la mort d’au moins 44 personnes.



27 mai : Al-Ahmar annonce aux troupes rassemblées à Sanaa l’instauration d’un cessez-le-feu sur la ville entre ses forces et celle du président Saleh.



28 mai : Trois travailleurs humanitaires français sont portés disparus dans le gouvernorat d’Hadramaout, à environ 900 kilomètres à l’est de Sanaa.



29 mai : Plus de 50 manifestants sont tués et une douzaine d’autres blessés lors d’une attaque des forces pro-Saleh contre les tentes des protestataires installées sur la place de la Liberté, à Taïz. « Elles [les forces du régime] ont utilisé des tanks et des bulldozers contre les protestataires et brûlé leurs tentes. Certains corps carbonisés n’ont pas pu être identifiés », a dit Badea al-Qadasi, un témoin oculaire présent à Taïz, à IRIN.



30 mai : Des milliers de civils fuient Zinjibar en direction d’Aden et d’autres gouvernorats voisins en réponse à l’intensification des frappes aériennes du gouvernement contre les groupes militants. Neufs civils auraient été tués dans les attaques.



31 mai: Les affrontements entre les partisans d’al-Ahmar et l’armée du régime gagnent le nord-est et le nord-ouest de Sanaa, faisant plus de sept morts. Des tirs de roquette visent le domicile d’al-Ahmar à Sanaa depuis les collines avoisinantes. À Taïz, des centaines de protestataires tentent de monter un nouveau campement sur la place de la Liberté. Les affrontements entre les manifestants et la police font sept victimes. À Abyan, 10 soldats auraient été tués lors d’affrontements avec des groupes de militants.



1er juin : À Taïz, des combats de rues opposant des membres de la garde républicaine menée par Ahmed, le fils du président Saleh, et des troupes tribales armées originaires des zones rurales du gouvernorat de Taïz, en représailles contre la répression menée par le gouvernement contre les manifestants (leurs enfants), font au moins cinq morts et plus de 10 blessés. De nouvelles tentes sont installées sur la place de la Liberté.



3 juin : Le président Saleh est blessé dans une attaque à la roquette contre le palais présidentiel. Sept de ses gardes du corps sont tués et de nombreux hauts fonctionnaires d’État grièvement blessés (parmi lesquels le Premier ministre, le président du Parlement et le président du Conseil de la Choura). Des centaines de milliers de protestataires anti-gouvernement manifestent à Sanaa et dans d’autres grandes villes à l’occasion de ce qu’ils ont eux-mêmes appelé le « vendredi de la fidélité aux martyrs de Taïz ». Le président Saleh accuse la famille d’al-Ahmar d’avoir tenté de l’assassiner.



4 juin : Le président Saleh s’envole pour l’Arabie saoudite pour y être soigné. L’Arabie saoudite annonce une trêve entre les fidèles d’al-Ahmar et les partisans de Saleh.



8 juin : Les partisans du président célèbrent le succès de son intervention chirurgicale avec des tirs en l’air à Sanaa, Dhamar, Hajja et Mahweet. Une personne est tuée et douze autres sont blessées par des balles perdues à Sanaa.



10 juin : Des dizaines de milliers de personnes descendent dans les rues de Sanaa et d’autres villes à l’occasion de ce que les manifestants ont eux-mêmes appelé le « vendredi de l’engagement envers les objectifs de la révolution pacifiste ». Ils réclament au vice-président Abd Rabbo Mansour Hadi, président intérimaire selon la Constitution, la formation d’un Conseil transitoire pour diriger le pays et l’organisation d’élections présidentielles. Les partisans pro-Saleh se rassemblent à Sanaa à l’occasion du « vendredi de la loyauté envers notre leader », comme ils l’appellent.



17 juin : Des centaines de milliers de protestataires manifestent à Sanaa et dans d’autres villes à l’occasion du « vendredi de la légitimité révolutionnaire ». Mohammed al-Mugbli, l’un des principaux leaders de la révolution de la jeunesse, déclare : « La formation d’un gouvernement de transition est l’unique option qui s’offre à nous à ce jour. »



21 juin : Des dizaines de milliers de personnes descendent dans les rues de Sanaa et d’autres villes pour réclamer au vice-président Hadi l’annonce d’un Conseil transitoire excluant la famille de Saleh. Le cheikh Sadek al-Ahmar envoie une lettre à Abdallah ben Abdelaziz, le roi d’Arabie saoudite, l’exhortant à empêcher Saleh de rentrer au Yémen en le mettant en garde contre la guerre civile que son retour pourrait déclencher.



22 juin: À Sanaa, Jeffrey Feltman, le sous-secrétaire d’État américain pour le Proche-Orient, s’entretient avec les dirigeants en place et les leaders de l’opposition au sujet de la transition du pouvoir. Plus de 60 détenus membres d’Al-Qaïda s’échappent de la prison du gouvernorat d’Hadramaout.



Sources:



www.newsyemen.net

www.Al-tagheer.com

www.Aljazeera.net

www.sabanews.net

www.alsahwa-yemen.net

www.marebpress.net

www.barakish.net

www.Reuters.net



ay/cb- gd/amz