Le recyclage des préservatifs souligne les lacunes des programmes de prévention du VIH

Des images dans les médias d’hommes lavant des préservatifs pour les réutiliser, dans le nord du Kenya, ont souligné la nécessité d’améliorer la communication sur le VIH et de suppléer aux manques de fournitures de préservatifs dans les zones rurales.



Des chaînes de télévision locales ont récemment montré des images d’hommes à Isiolo, situé dans une région rurale au nord du Kenya, lavant des préservatifs et les suspendant pour qu’ils sèchent ; ces hommes ont déclaré que le prix des préservatifs était si élevé qu’ils ne pouvaient pas se permettre de les utiliser pour une fois seulement. Dans le village, d’autres hommes ont dit que quand ils ne pouvaient pas avoir de préservatifs, ils utilisaient des sacs en polyéthylène, voire même des lambeaux de tissus, lors des rapports sexuels.



Les préservatifs masculins sont destinés à un usage unique ; le fait de les laver et de les réutiliser fragilise le latex, augmentant les risques de déchirure et les risques de grossesse non-désirée et d’infections sexuellement transmissibles, y compris le VIH. Le lavage des préservatifs dans de l’eau sale ajoute également des risques supplémentaires d’autres maladies.



Les préservatifs sont gratuits dans les centres de santé gouvernementaux, mais dans le Kenya rural, ces centres sont peu nombreux, éloignés les uns des autres et peu fiables au niveau de l’approvisionnement.



« Dans le pays, de nombreuses zones rurales sont inaccessibles à cause du mauvais état de l’infrastructure routière et cela rend la distribution de préservatifs difficile et pleine de défis », a dit Peter Cherutich, responsable de la prévention au Programme national de contrôle du sida et des infections sexuellement transmissibles (NASCOP). « Comme les préservatifs du gouvernement sont pour la plupart disponibles dans les services de santé, et qu’il n’y en a pas beaucoup dans les zones rurales, cela crée un autre défi pour la distribution ».



M. Cherutich a dit que la réutilisation des préservatifs démontrait que le gouvernement devait se montrer plus créatif dans la sensibilisation pour un usage approprié.









« les préservatifs lavés sont très difficiles à enfiler et je ne sais pas s’ils protègent comme les neufs »

Hosea Motoro, 37 ans, sait qu’il risque de transmettre le VIH à celle qui est son épouse depuis sept ans s’il n’utilise pas un préservatif. « Je sais que je suis séropositif mais je ne veux pas transmettre le VIH à ma femme, et je sais que si j’utilise un préservatif, elle est en sécurité. Et aussi, nous ne voulons pas d’enfant parce que nous en avons déjà cinq et c’est assez pour nous », a-t-il dit.



Habituellement, M. Motoro parcourt cinq kilomètres à pied jusqu’au centre de santé le plus proche pour avoir des préservatifs, mais parfois ils sont en rupture de stock.



« Quand vous y allez et que vous avez la chance d’avoir [des préservatifs], vous les utilisez, puis vous les lavez et vous les utilisez à nouveau », a-t-il ajouté. « Mais ceux qui sont lavés sont très difficiles à enfiler et je ne sais pas s’ils protègent comme les neufs ».



Joséphine, son épouse, trouve que les rapports sexuels avec un préservatif usagé ne sont pas agréables, mais elle pense que c’est mieux que sans préservatif. « C’est rugueux, mais que faire quand on sait qu’il est séropositif – vous ne voulez pas avoir le VIH mais vous devez avoir des rapports sexuels avec lui », a-t-elle dit.



Pénurie de préservatifs



Récemment, le ministère de la Santé a dit que le pays faisait face à une pénurie aigüe de préservatifs à travers l’ensemble du pays ; il a demandé au PEPFAR, le Plan d’urgence du président américain pour la lutte contre le SIDA, la fourniture de 45 millions de préservatifs.



Selon Shahnaaz Sharif, le directeur de la Santé Publique au ministère de la Santé, l’actuelle pénurie de préservatifs peut être en partie imputée aux ruptures d'approvisionnement.



« Nous avons vraiment besoin d’améliorer l’approvisionnement des produits de santé comme les préservatifs afin de réduire les cas de pénuries qui mettent en danger la vie des gens », a-t-il dit. « Nous avons commencé à renforcer les systèmes de commandes et mis en place des plans de prévisions des produits pour enrayer les pénuries inutiles ».



Julia Naselenko, coordinatrice du Réseau des communautés pastorales, une organisation communautaire à Isiolo, a dit que le recyclage des préservatifs montrait à quel point les gens étaient désespérés, pour réussir à avoir des relations sexuelles protégées. Elle a dit que le gouvernement devait se montrer innovant pour fournir des préservatifs aux villages les plus isolés.



« Acheter des voitures, cela pourrait ne pas être d’une grande aide, car il y a [des régions] où même les voitures ne peuvent pas accéder», a-telle dit. « J’aimerais qu’ils puissent utiliser des bicyclettes pour distribuer les préservatifs, et ensuite il y a des responsables de la communauté, qui sont respectés, dont les maisons pourraient être utilisées comme des points de distribution et d’accès ».



Selon le ministère de la Santé, la demande de préservatifs a plus que doublé durant les sept dernières années, passant de huit millions à 20 millions par mois. Cependant, l’Analyse des modes de transmission au Kenya effectuée en 2008 (Kenya Modes of Transmission Analysis 2008) montre qu’en 2006 et 2007, sept millions de préservatifs ont été distribués chaque mois, n’atteignant 10 millions ou plus que durant seulement six de ces 24 mois.



Selon le Plan stratégique national du Kenya de lutte contre le SIDA 2009-2013, le gouvernement vise à distribuer 28 millions de préservatifs par mois d’ici 2013.



ko/kr/mw-sk/amz