En bref – Fin de l’interdiction d’exportation de poisson

Le gouvernement tchadien a levé une interdiction sur les exportations de poissons du Lac Tchad, reconnaissant les torts qu’elle avait causés à l’industrie de pêche locale. « Nous recevons de l’aide [pour la sécurité alimentaire], ce qui nous permet de donner un répit aux pêcheurs – ils ont eux aussi besoin de nourrir leurs familles », a dit à IRIN Kedallah Younous, ministre de la Communication.



Les pêcheries du Lac Tchad fournissent de la nourriture et un emploi à au moins 10 millions de personnes dans la région, selon l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture.



Le gouvernement a interdit l’exportation de poisson en janvier 2009 pour aider les consommateurs locaux à faire face à l’augmentation du coût de la vie, mais les prix actuels des céréales et du maïs sont toujours plus élevés qu’au cours des cinq dernières années. Le Programme alimentaire mondial a lancé une opération d’urgence en mars pour nourrir une population estimée à 737 000 personnes après les mauvaises récoltes enregistrées dans le pays.



« Nous avons perdu un tiers de notre population depuis l’interdiction d’exportation », a dit Abakar Adoum Bodou Mbami, représentant du chef de Kinaserom, l’une des centaines d’îles du Lac Tchad. Il a dit à IRIN qu’au cours des 18 derniers mois, la population de l’île était passée de 9 000 à 6 000 parce que la plupart des hommes étaient partis chercher un travail ailleurs.



Une délégation ministérielle s’est rendue à Kinaserom le 7 juin pour annoncer la fin de l’embargo. « J’étais soulagé. Lors de notre marché hebdomadaire du mardi [8 juin], nous avons pour la première fois recommencé à vendre du poisson destiné à l’exportation », a dit M. Mbami. « Le poisson a été emballé et a quitté le Lac pour le Nigeria mercredi ».



pt/oa/he/ail