La soif autant que la faim

La mauvaise saison agricole de 2009 a durement frappé les populations pauvres et rurales du Niger, mais l’insécurité alimentaire qu’elle a engendrée est fortement aggravée par un manque critique d’eau, notamment dans les régions les plus affectées par la crise, comme Zinder, dans le sud du pays.



« Ce qui m’a frappé, c’est que les femmes avec lesquelles j’ai parlé dans les villages ont cité l’eau comme leur principal problème », a dit à des journalistes John Holmes, Secrétaire général adjoint des Nations Unies aux affaires humanitaires et Coordonnateur des secours d’urgence, lors de sa visite dans la région de Zinder fin avril.



Le Niger est confronté à une grave crise alimentaire, suite à un manque et une mauvaise répartition des pluies en 2009 qui ont entraîné un important déficit en récoltes et pâturages. Environ 7,1 millions de personnes – soit la moitié de la population du Niger – sont menacés par une insécurité alimentaire modérée et grave, selon la dernière enquête sur la sécurité alimentaire des ménages publiée en avril 2010.



D’après cette enquête réalisée par le gouvernement et les partenaires humanitaires, près de la moitié des ménages interrogés au niveau national ont cité l’absence d’eau ou de pâturage comme le problème le plus crucial auquel ils soient confrontés cette année.



Tout comme plusieurs autres villageois de la région, les habitants de Dalli, un village agricole situé à une centaine de kilomètres de Zinder et déficitaire à 100 pour cent cette année, doivent désormais aller jusqu’à Tanout, situé à une vingtaine de kilomètres de là, pour acheter de l’eau. « Même si on a de la nourriture, comment fait-on pour la préparer s’il n’y a pas d’eau ? », a dit à M. Holmes Mariam, une femme de 55 ans mère de 10 enfants, habitante du village.



Dans les régions les plus touchées par la mauvaise saison 2009, certains points d’eau sont aujourd’hui à sec. Dans le village de Koleram, à une quinzaine de kilomètres de Zinder, Oubeida Ichaou, une mère de famille de 30 ans, a dit à IRIN qu’il fallait parfois patienter plusieurs heures avant de pouvoir puiser une eau de plus en plus profonde et de plus en plus rare dans le seul puits du village. « Il y a trop de monde autour du puits, trop de bétail et [d’habitants]. Il faut venir très tôt le matin, certains même passent la nuit sur place pour être les premiers ».














Photo: Anne Isabelle Leclercq/IRIN
Johne Holmes lors de sa visite dans la région de Zinder en avril 2010

Dans les zones où « le contexte hydrogéologique n’est pas favorable », comme c’est le cas de certains départements de la région de Zinder, l’eau se trouve parfois à plusieurs centaines de mètres de profondeur et effectuer des forages en profondeur coûte cher, a dit Mamane Moussa, directeur régional de l’Hydraulique.



Nutrition, santé, éducation



Les centres de santé intégrés (CSI), chargés d’une partie de la prise en charge de la malnutrition, n’échappent pas à la pénurie d’eau qui frappe le pays cette année.



« La forte sollicitation exercée sur les points d’eau villageois… aux périodes [actuelle] de grandes chaleurs font que ces points d’eau n’arrivent [plus] à satisfaire les besoins en eau potable des populations et de leur cheptel, ainsi que … l’approvisionnement en eau potable de certaines infrastructures telles que les centres de santé et les écoles », a dit à IRIN Moustapha Niang, spécialiste Eau, hygiène et assainissement du Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) au Niger, qui soutient la réalisation d’extensions ou branchements d’eau, forages et construction de latrines dans des dizaines de CSI des régions de Zinder et Maradi, dans le sud.



Le nombre d’enfants admis dans les centres nutritionnels a fortement augmenté ces dernières semaines alors que la période de soudure commence. Selon les organisations humanitaires, 378 000 enfants de moins de cinq ans sont exposés au cours des prochains mois à un risque de malnutrition sévère.



Au Niger, 42 pour cent de la population a accès à l’eau potable et sept pour cent à un assainissement amélioré. Ces proportions chutent respectivement à 32 et trois pour cent en zone rurale où vivent plus des trois quarts de la population. Selon l’UNICEF, 80 pour cent des décès d’enfants de moins de cinq ans sont liés au manque d’accès à l’eau salubre, à l’hygiène et à l’assainissement.



M. Niang a plaidé pour « assurer le financement des activités d’eau et d’assainissement, sans quoi les efforts de réponse à la malnutrition [demeureront] inefficaces », rappelant qu’une « eau saine et salubre, et un bon assainissement, [étaient essentiels] pour réduire le taux de prévalence des diarrhées qui décuplent les problèmes de malnutrition sévère ».



Besoins d’investissements



Bien que le pays soit aux trois quarts désertiques, le Niger recèle pourtant d’importantes ressources renouvelables, à la fois en eaux de surface – de l’ordre de 31 milliards de mètres cube annuels - et souterraines, estimées à 2,5 milliards de mètres cube par an mais dont moins de 20 pour cent sont exploités, selon les données officielles. Par ailleurs, le potentiel non renouvelable, quasiment inexploité, est estimé à 2 000 milliards de mètres cube.



Il existe peu d’études et de données permettant de connaître la situation réelle de ce secteur et les besoins en eau à la fois pour l’agriculture, l’élevage, les populations et l’énergie. Sollicité à plusieurs reprises par IRIN à ce sujet, le ministère de l’Hydraulique n’a pas donné suite.



Dans un rapport national d’investissement présenté en 2008 à l’occasion d’une conférence sur « L’eau pour l’agriculture et l’énergie en Afrique », le Niger faisait de « la maîtrise de l’eau une priorité du gouvernement » dans sa lutte contre l’insécurité alimentaire et la pauvreté, et estimait les investissements totaux nécessaires dans le secteur de l’eau « à court, moyen et long terme » à près de 1,5 milliard de dollars.



Au cours de la dernière décennie, des bailleurs de fonds, parmi lesquels la Banque mondiale, la Banque africaine de développement, l’Union européenne et des coopérations bilatérales, ont injecté plus de 300 millions de dollars dans des projets liés directement ou indirectement –agriculture et élevage - à l’eau, selon ce document gouvernemental. En décembre 2009, le précédent gouvernement avait annoncé vouloir investir 54 millions de dollars en 2010 pour améliorer la disponibilité et la qualité de l’eau.



Malgré ces efforts conjugués, les besoins sont loin d’être couverts. M. Holmes a souligné, lors de sa visite, la nécessité pour tous les acteurs de travailler ensemble pour s’attaquer aux causes profondes de l’insécurité alimentaire et de la malnutrition.



« L’eau est là, en profondeur. Cela vaut la peine d’investir », a-t-il dit. « Nous pourrions le faire. Le coût est énorme, mais ce n’est pas impossible ».



ail/aj/he/oa/ail