Nouvel effort de vaccination contre la poliomyélite

En Guinée, des responsables de la santé et des organisations humanitaires organisent la cinquième campagne de vaccination de l’année contre la poliomyélite. Elle aura lieu entre le 12 et le 16 décembre. Le pays, qui avait réussi à éradiquer la polio, a enregistré 37 nouveaux cas depuis le mois d’avril.



« Cette stratégie consiste à vacciner chaque enfant d 0 à 59 mois, où qu’il se trouve et quelque soit son statut vaccinal », ont indiqué l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) dans un communiqué conjoint le 11 décembre. « Les zones d’acces difficiles, les villages frontaliers, les îles feront l’objet d’une attention toute particulière ».



Plus de 11 000 travailleurs de la santé vont passer de porte en porte pour vacciner les enfants. Cette initiative s’inscrit dans un effort régional de vaccination pour enrayer la réémergence de la poliomyélite. Depuis 2008, la maladie a frappé un certain nombre de pays où elle était depuis longtemps éradiquée, en particulier en Afrique de l’Ouest. Selon l’OMS, on pense que des cas de poliomyélite dans le nord du Nigeria seraient responsables de la réémergence de la maladie.



Le système de santé guinéen est confronté à plusieurs contraintes, notamment la faiblesse des ressources affectées par l’état au secteur, la rupture récurrente des vaccins et des médicaments essentiels, la qualité de la vaccination de routine et le gel du financement de la part des donateurs, ont dit l’OMS et l’UNICEF.



Au cours des dernières années, les Nations Unies et les organisations humanitaires ont dû, pour pallier le mauvais fonctionnement du système de vaccination public, mener des campagnes spéciales notamment pour la rougeole et la poliomyélite. « Il y a toujours la peur de créer un peu de ‘fatigue face aux vaccins’ chez les parents, et d’en décourager certains », a dit à IRIN Julien Harneis, représentant de l’UNICEF en Guinée.



On craint que le climat de peur qui règne actuellement n’affecte la participation aux campagnes de vaccination à Conakry, a-t-il ajouté. « Nous sommes un peu inquiets de la réaction qu’auront les gens en voyant des travailleurs de la santé frapper à leur porte. Ce n’est pas notre plus grosse inquiétude, mais cela pourrait affecter la couverture vaccinale ».



Au mois d’octobre, 604 cas de poliomyélite avaient été enregistrés en Afrique de l’Ouest pour 2009, contre 837 cas pour 2008 et 274 pour 2007, selon l’UNICEF.



En novembre, l’UNICEF a lancé une campagne destinée à améliorer la santé infantile en Guinée. Selon les organisations humanitaires, celle-ci a été durement affectée par l’agitation politique et socio-économique des dernières années. La poliomyélite touche principalement les enfants de moins de cinq ans, et une infection sur 200 entraîne une paralysie irréversible.



np/he/gd/np