Le plus vaste camp de PDIP voit sa population doubler

La population du principal camp de personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays (PDIP) du Yémen a doublé au cours des dernières semaines à cause de la poursuite des affrontements entre les rebelles du mouvement al-Houthi et les forces gouvernementales, selon des responsables.



« Il y a maintenant 20 000 PDIP dans le camp al-Mazraq 1 [dans le nord du Yémen]. Le camp est surpeuplé. Il y a environ 1 000 familles [soit environ 7 000 individus] dans la zone de réception seulement », a dit à IRIN Mai Barazi, responsable d’équipe du Haut commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) à Harrad (à environ 20 minutes de voiture du camp), dans le gouvernorat de Hajjah.



« C’est la troisième fois que nous agrandissons le camp. Malgré tout, nous ne serons pas capables d’accueillir tous les nouveaux arrivants et certains d’entre eux devront être transférés au camp al-Mazraq 3 », a indiqué M. Barazi.



Le nouveau camp al-Mazraq 3 sera situé entre les camps al-Mazraq 1 et al-Mazraq 2. Ce dernier a ouvert ses portes il y a une semaine et accueille maintenant environ 570 familles (soit environ 4 000 personnes), a ajouté M. Barazi.



Le camp Al-Mazraq 2 est financé par les Émirats arabes unis (EAU), mais les critères pour y entrer sont plus stricts. Des travailleurs humanitaires ont dit qu’il fallait présenter une preuve de résidence du gouvernorat de Saada, où se déroule le conflit.



Selon un rapport du Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires sur la situation des PDIP dans le nord du Yémen, publié le 19 novembre, le camp al-Mazraq 1 accueillait 10 000 PDIP qui recevaient une aide alimentaire.



Dans le gouvernorat voisin d’Amran, un camp de PDIP géré par l’État est lui aussi bondé et situé dangereusement près d’où se déroulent les combats.



Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) et le Croissant-Rouge du Yémen ont créé un nouveau camp dans la ville de Saada, le manque d’Al-Jabbana, qui peut accueillir environ 1 000 PDIP.



Al-Jabbana est le cinquième camp géré par le CICR et le Croissant-Rouge du Yémen. À Saada et dans les environs, il y a aussi Al-Ehsa, Al-Talh et Sam. Le camp de Mandaba, dans le district de Baqem, a été créé il y a un peu plus d’un mois.



Les organismes des Nations Unies estiment à environ 175 000 le nombre de personnes déplacées, depuis cinq ans, par les combats entre les forces gouvernementales et les rebelles al-Houthi. La plupart d’entre elles se sont installées à l’extérieur des camps officiels de PDIP.



Des agences de presse ont récemment rapporté que l’armée yéménite avait redoublé d’efforts pour reprendre entièrement le contrôle de la ville de Saada.



hm/at/cb/gd/np