Habitants et bancs de sable contrecarrent les plans de pirates

Les habitants d’une ville côtière de la région autonome du Puntland en Somalie ont sauvé l’équipage d’un bateau de pêche en déjouant une tentative de pirates, qui avaient arraisonné le bateau, de prendre la mer.



Les pirates avaient pris le contrôle du bateau au large des côtes Somali le 1er novembre et l’avait acheminé jusqu’à la ville d’Eil, au Puntland, dans le nord-est de la Somalie. Mais le bateau, manœuvré par neuf Indiens et Bangladais, a heurté un banc de sable et s’est échoué à Eil, où les habitants ont demandé la libération des marins.



« Je pense que lorsqu’ils [les pirates] ont réalisé que [les marins] étaient tous bangladais et indiens, ils ont décidé d’utiliser leur bateau pour prendre en chasse d’autres bateaux et se servir des marins pour les manœuvrer », a dit Abdirahman Hassan Koronto, un homme d’affaires d’Eil.



Il a expliqué que les pirates avaient tenté de ramener le bateau en haute mer mais que les habitants les en avaient empêchés. Les pirates ont tenu bon pendant cinq jours, avant de finalement relâcher l’équipage, a ajouté M. Koronto.



« C’est un exemple où leur plan n’a pas fonctionné comme ils l’entendaient », a dit M. Koronto.



« S’ils les ramenaient en haute mer, ils les auraient utilisés [les membres de l’équipage], donc nous avons décidé que nous n’allions pas les laisser faire du mal à ces pauvres gens », a dit Asha Abdikarim, une habitante.



Les habitants ont demandé aux autorités du Puntland d’envoyer des renforts pour les aider à retenir le bateau, a-t-elle dit à IRIN.



« Je pense que quand ils ont vu que toute la ville – femmes, hommes et enfants – était dehors et les défiait, ils ont pensé qu’il valait mieux libérer l’équipage et nous le remettre », a dit Mme Abdikarim. « Pour une fois, nous leur avons montré qu’ils ne pouvaient pas faire leur sale travail dans notre ville ».



Elle a expliqué que les habitants des zones côtières en avaient assez des pirates. « Personne ne veut d’eux », a-t-elle dit.









« S’ils les ramenaient en haute mer, ils les [les membres de l’équipage] auraient utilisés, donc nous avons décidé que nous n’allions pas les laisser faire du mal à ces pauvres gens »

Les anciens de la ville ont accompagné les neuf hommes d’équipage dans un hôtel de la ville, où ils sont restés jusqu’à ce que les forces de sécurité du Puntland arrivent.



Abdimahdi Abshir, directeur de l’administration de la présidence du Puntland, a dit à IRIN que le bateau et l’équipage se trouvaient maintenant entre les mains des autorités.



« Le bateau est en train d’être réparé et il sera acheminé à Bosasso », a-t-il dit, ajoutant que l’équipage avait été conduit à Garowe, la capitale du Puntland, où ils étaient pris en charge par l’administration.



« Ils vont bien et nous essayons d’organiser leur retour chez eux », a-t-il dit.



M. Abdshir a dit que les autorités avaient demandé à des agences humanitaires de les aider à rapatrier les marins.



Phuban Das, l’un des membres de l’équipage du bateau, a dit à IRIN qu’ils se trouvaient à Garowe et qu’ils étaient sains et saufs.



« Nous sommes libres et ici », a-t-il dit.



ah/mw/ail