Distribution alimentaire complémentaire pour la période de soudure

Un programme de distribution alimentaire pour prévenir la malnutrition – connu sous le nom de « blanket feeding » (distribution d'alimentation complémentaire générale) – vient d’être mis en place dans la région de Zinder, dans le sud du Niger, grâce à l’appui du Programme alimentaire mondial (PAM) et d’organisations non gouvernementales (ONG) locales.



Le 20 juillet, des centaines de femmes et d’enfants ont fait la queue dans le village de Gouna, équipés de sacs de jute et de seaux, pour obtenir leurs rations d’huile, de farine enrichie et de sucre.



« Cette saison-ci, mon mari a perdu sa première récolte parce que les pluies sont arrivées trop tard », a dit Balki Ali à IRIN pendant la deuxième heure d’attente avant que commence la distribution.



Son coupon alimentaire bleu à la main, la jeune femme de 20 ans, mère de cinq enfants, a dit avoir entendu parler de la distribution le matin même par l’intermédiaire de voisins.



Selon Kato Idi, secrétaire général de la préfecture de Mirriah, « cette distribution intervient à un moment critique pour nous, étant donné la période de soudure ».














Photo: Phuong Tran/IRIN
Balki Ali

Dans les préfectures de Mirriah et de Gouré, dans la région de Zinder, les ONG locales ont répertorié près de 130 000 enfants âgés de six mois à trois ans qui mesurent moins de 95 centimètres, pour recevoir des rations.



Les deux préfectures sont situées dans l’une des 133 zones agricoles du pays où l’insécurité alimentaire est la plus élevée, selon une étude du gouvernement réalisée après la récolte de 2008.



Dans l’ensemble du Niger, on estime à près d’un million le nombre d’habitants en situation d’« insécurité alimentaire grave », tandis que 1,9 million d’autres vivent dans des conditions d’« insécurité alimentaire modérée », selon le plan d’aide du gouvernement pour 2008-2009.



Le plan se fonde sur des études réalisées après la récolte de 2008, qui a permis de produire un surplus de 600 000 tonnes de céréales.



Malgré ce surplus, 1 400 villages n’ont pas récolté assez de céréales en 2008 pour nourrir leurs habitants jusqu’à la récolte suivante, en 2009.



En 2008, on estimait à 39,3 pour cent la part de la population souffrant de malnutrition chronique, selon le gouvernement.



Le PAM a utilisé les sommes accordées par le gouvernement japonais et le Fonds central d’intervention d’urgence des Nations Unies (CERF) pour financer le programme, a indiqué le chef du bureau du PAM à Zinder, Djimadoumngar Doumbaye.



Les mêmes produits seront normalement distribués aux mêmes personnes au début du mois d’août.



pt/aj/gd/ail