Suspension des opérations des Nations Unies à Baidoa

Les Nations Unies ont suspendu leurs opérations humanitaires dans la ville de Baidoa, dans le sud-ouest de la Somalie, après le pillage de leurs installations, a indiqué un responsable à IRIN le 21 juillet.



« Nous sommes toujours en train d’évaluer les implications à long terme des déclarations et des actes [des milices] et nous souhaitons nous impliquer de nouveau à l’avenir, mais nous avons temporairement suspendu nos activités humanitaires à Baidoa après que nos équipements radio ont été pillés », a dit Rozanne Chorlston, coordonnatrice humanitaire par intérim des Nations Unies pour la Somalie.



Le 20 juillet, des membres de la milice islamiste Al-Shabab, qui affrontent les troupes gouvernementales dans la capitale, Mogadiscio, ont pillé des équipements et des véhicules de l’enceinte des Nations Unies à Baidoa. Ils ont également attaqué le bureau des Nations Unies à Wajid, à 340 kilomètres au nord-ouest de la capitale.



Baidoa est le siège du gouvernement fédéral de transition (TFG) dirigé par Sheikh Sharif Sheikh Ahmed, élu président en février à l’issue d’un scrutin parlementaire à Djibouti. Depuis, Al-Shabab fait la guerre au gouvernement, entraînant la mort de milliers de civils et le déplacement de centaines de milliers d’autres.



Après le saccage des installations des Nations Unies, Al-Shabab a diffusé un message sur la radio locale somalienne appelant à la fermeture des bureaux du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), du Bureau politique des Nations Unies pour la Somalie (UNPOS) et du Département des Nations Unies pour la sûreté et la sécurité (UNDSS) qui, selon la milice, soutiennent le gouvernement de transition et la Mission de l’Union Africaine en Somalie (AMISOM).



Dans une déclaration du 20 juillet, Bénédicte Walter, porte-parole des Nations Unies, a indiqué : « À Baidoa, le pillage de l’ensemble des équipements de communication d’urgence et le manque d’agents de sécurité empêchent toutes les branches des Nations Unies de poursuivre leurs activités. Nous regrettons sincèrement d’avoir à relocaliser du personnel et suspendre temporairement nos activités. Nous espérons que les autorités reconsidérerons ces décisions et nous permettront de reprendre le travail afin d’apporter des solutions à la situation humanitaire critique à Baidoa et dans la région ».



Selon Mme Walter, les activités se poursuivront à Wajid, « où les conditions de sécurité minimales demeurent inchangées ».



« Des membres de la milice Al-Shabab se sont rendus dans les bureaux du PAM [Programme alimentaire mondial] à Wajid pour une réunion. Ils se sont emparés de deux voitures et de meubles qui n’appartenaient pas au PAM », indiquait la déclaration.



Selon Mme Walter, les Nations Unies demeurent optimistes quant à la restauration des conditions minimales de sécurité sur le terrain, ce qui permettrait la reprise du travail humanitaire à Baidoa et la poursuite des activités dans le reste de la Somalie.



js/mw/gd/ail