Onze agents de police suspendus pour des pésumés abus sexuels commis en RDC

Les autorités nigérianes ont suspendu de leur fonction onze agents de police et leur commandant, tous suspectés d’abus sexuels commis dans le cadre de leur mission au sein des casques bleus des Nations unies en République démocratique du Congo (RDC).

Selon Sunday Ehindero, chef de la police nigériane, les onze hommes accusés de mauvaise conduite à la suite d’une enquête des Nations unies devront faire face à des sanctions disciplinaires.

Toute participation aux opérations de maintien de la paix a été interdite aux 120 autres agents de police du contingent nigérian servant au Congo, a indiqué M. Ehindero.

« Ils ont déshonoré ce pays et nous les sanctionnerons tous », a déclaré M. Ehindero pendant que les 120 hommes défilaient lundi devant la presse au quartier général de la police à Abuja.

« Dix-neuf plaintes pour abus sexuels ou mauvaise conduite ont été déposées contre eux », a ajouté le chef de la police. « Les enquêtes ont confirmé que les faits reprochés aux 11 agents et à leur commandant étaient avérés ».

Le président Olusegun Obasanjo a ordonné le retour immédiat de tout le contingent des forces de police après que l’enquête de l’ONU eut confirmé leurs implications dans de nombreux cas d’abus sexuels imputés aux membres de la mission de maintien de la paix au Congo.

Le porte-parole de la police, Haz Iwendi, a indiqué que la police nigériane, présente dans 19 pays du monde, se félicite de son comportement exemplaire pendant les opérations de maintien de la paix et qu’elle mettra toute en œuvre pour défendre cette réputation.

La mission des Nations unies en République démocratique du Congo est la plus importante opération de maintien de la paix dans le monde avec ses quelque 19 000 personnels travaillant pour sauvegarder un fragile accord de paix.