La sélection d'IRIN: Données ouvertes, clichés et viande de brousse

Voici la liste des lectures recommandées par IRIN. Chaque semaine, notre réseau mondial de correspondants spécialisés partage sa sélection d’articles de recherche, d’interviews, de rapports, de billets de blogues et d’articles de fond à ne pas manquer pour rester au fait de l’actualité mondiale en matière de crises. Nous signalons également les conférences importantes à venir, les publications de livres et les débats sur les politiques.

A lire : notre Top 5

Report of the Independent Commission of Inquiry on the 2014 Gaza conflict [Rapport de la Commission d'enquête indépendante des Nations Unies sur le conflit à Gaza en 2014]

Le conflit à Gaza en 2014 a fait 1 462 victimes chez les civils Palestiniens, dont un tiers d'enfants. Six civils Israéliens ont également été tués par des roquettes palestiniennes. Ce nouveau rapport des Nations Unies révèle le terrible coût humain de l'opération de 51 jours et analyse les échanges de tirs avec un niveau de détails sans précédent. Le rapport, qui accuse les deux camps de crimes de guerre, épingle Israël pour l'utilisation d'armes explosives dans des zones densément peuplées et note que les militants palestiniens ont procédé à des tirs aveugles de roquettes en direction d’Israël. Le rapport sera présenté au Conseil des droits de l'homme des Nations Unies à Genève, le 29 juin.

Cette semaine, nous nous sommes posé la question suivante : ce rapport changera-t-il la donne ? 

Is it a bird? Is it a plane? No, it’s the unsung heroes of DFID [Est-ce un oiseau ? Est-ce un avion ? Non, ce sont les héros méconnus du DFID]

Une réponse bienvenue à un article « qui a fait grincer des dents ». Publié dans l'Evening Standard, un journal britannique, l'article qualifie les membres d'une équipe de l'agence d'aide du gouvernement britannique de « héros humanitaires » et les compare aux personnages du western culte Les Sept Mercenaires. « L'image projetée par cet article, celle de jeunes superhéros britanniques qui arrivent en parachute pour résoudre les problèmes du monde, est un cliché facile qui nie la complexité que revêt la fourniture d'une aide internationale responsable, en situation de crise humanitaire », note le blog AidLeap. Il ajoute : « (Il) rejette aussi le fait que les personnes affectées par les catastrophes et les crises sont les vrais héros humanitaires ».

Behind on 30 percent local spending target, USAID eyes '100 percent sustainability' [En retard sur l'objectif de 30 pour cent de fonds alloués aux organisations locales, USAID vise «une viabilité totale]
 
Étant donné l'intérêt actuel porté au financement de l'aide humanitaire et la nécessité pour les grands bailleurs de fonds d'investir davantage dans les organisations locales, ce document qui analyse l'engagement pris par USAID de transférer 30 pour cent des fonds destinés au financement de ses programmes aux organisations locales d'ici la fin 2015 arrive au bon moment. D'après les derniers chiffres disponibles, l'organisation est loin d'atteindre cet objectif louable, car elle n'a affecté que 16,9 pour cent de ses fonds à des organisations locales en 2014, contre 17,9 pour cent l'année précédente. Elizabeth Warfield, coordinatrice en charge des solutions locales pour USAID, a revu cet objectif des 30 pour cent et dit à Devex que « la viabilité totale » – utiliser toutes ses ressources pour créer et soutenir les systèmes locaux – est désormais l'objectif prioritaire de USAID.

If I ran the innovation zoo [Si j'étais maître du zoo de l'innovation]

Cette critique acerbe du monde de l'innovation humanitaire commence plutôt innocemment : elle explique que le livre de Dr. Seuss « Si j'étais maître du zoo » raconte l'histoire d'un petit garçon qui rêve du zoo parfait. Mais la bloggeuse Linda Raftree part de ce récit léger pour aborder un sujet important. Le zoo imaginé par le petit garçon « ressemble beaucoup à l'innovation dans le secteur du développement », écrit-elle. « Des grandes idées et des découvertes ; des nouveautés que l'on peut regarder, avec lesquelles on peut jouer, qui nous émerveillent ; mais qui sont aussi écrasées par l'ego et l'orgueil démesuré propres à l'adolescent ». Mme Raftree réprimande un secteur dans lequel « ceux qui 'gagnent' au jeu de l'innovation sont félicités sur les estrades des (conférences) TED », et met en lumière l'erreur d'utiliser des idées développées dans le système capitaliste, colonial qui a créé les inégalités en premier lieu. « Si j'étais maître du zoo », dit-elle, « j'orienterais l'innovation dans une autre direction. J'essayerais de trouver un moyen de démanteler le zoo ».

Five famous African women who were once refugees [Cinq africaines célèbres qui ont été des réfugiés]

Pour trancher avec les informations moroses parues dans les journaux sur les demandeurs d'asile et les migrants cette semaine, voici une liste réjouissante de cinq femmes africaines, qui ont été des réfugiés à un moment donné, mais qui ont réussi et sont devenues des sources d'inspiration. Parmi elles figurent : Alek Wek, mannequin-vedette ; Nkosazana Dlamini-Zuma, ancienne ministre de l'Intérieur et actuelle présidente de la Commission de l'Union africaine ; et Yolande Mukagasana, éminente militante rwandaise des droits de l'homme.

A écouter :

Ticket to Hide [Un billet pour se cacher]

L'émission « File on Four » de la station de radio BBC Radio 4 suit des migrants décidés à rejoindre la Grande-Bretagne dans leur périple à travers l'Italie et la France. Elle allie entretiens avec les migrants et les représentants officiels et journalisme d'observation. Une émission à écouter pour comprendre la crise migratoire actuelle et l'impuissance des États face à la situation.

Deeper than Data [Plus loin que les données]

Ce document est le premier d'une série de podcasts réalisés par l'équipe de AidData. Il explore le rôle des données ouvertes dans les opérations de secours et explique comment la cartographie peut nous aider à mieux nous préparer aux catastrophes à venir. Les présentateurs examinent aussi les flux d'aide humanitaire destinés à la réponse au récent tremblement de terre au Népal et le suivi de ces flux d'aide.

A venir :

Findings from the 2015 Global Humanitarian Assistance Report [Conclusions du rapport 2015 sur l'aide humanitaire mondiale]
Lundi 6 juillet - 11h30
Arundel House, Londres

Suite à l'établissement de son rapport 2015 sur l'aide humanitaire mondiale, Development Initiatives organise une réunion sur le financement de l'aide humanitaire et l'amélioration de la mobilisation des ressources pour répondre aux crises et réduire les risques et la vulnérabilité. Les membres du panel incluent : Kristalina Georgieva (Vice-présidente du Groupe de haut niveau sur le financement humanitaire du Secrétaire général des Nations Unies), Ben Ramalingam (attaché de recherche à l'Institut de développement d'outremer - Overseas Development Institute, ODI) et Sandra Aviles (conseillère principale dans les domaines du développement et des affaires humanitaires à la FAO/Groupe de travail sur le financement humanitaire de l'IASC/rapport sur le Future du financement humanitaire). Cette réunion sera diffusée en direct sur Internet.

Une publication d'IRIN :

Bush meat trade roaring again despite Ebola ban [Le commerce de la viande de brousse reprend du poil de la bête]

Cela fait bientôt deux mois que le Liberia est débarrassé d'Ebola et la viande de brousse – une source connue de transmission du virus – fait son retour dans les assiettes. On peut à nouveau trouver de la viande de singe, d'antilope, de raton laveur, de rongeur, de chauve-souris et d'autres animaux des forêts du Liberia sur les étals des marchés locaux, ont noté les journalistes d'IRIN. Le gouvernement a officiellement interdit la chasse et la commercialisation de la viande de brousse en juillet 2014, mais malgré cette interdiction et les ravages causés par Ebola dans le pays, bon nombre de Libériens sont réticents à changer leurs habitudes alimentaires.

lr/ag-mg/amz