La sélection d’IRIN : Leçons d’Haïti pour le Népal, conflit au Soudan et lanceurs d’alertes des Nati

Voici la sélection hebdomadaire de recherches et d’articles humanitaires intéressants compilée par l’équipe éditoriale d’IRIN.

À lire : notre Top 5

How not to report an earthquake [Ce qu’il faut éviter lorsqu’on assure la couverture d’un séisme]

Jonathan Katz était l’un des rares journalistes étrangers basés dans la capitale haïtienne de Port-au-Prince lorsque le tremblement de terre a frappé en 2010, tuant jusqu’à 316 000 personnes. Il a pu constater par lui-même les erreurs commises par les journalistes qui couvrent les catastrophes naturelles. Il affirme que les médias ont traité de manière disproportionnée des violences commises par les laissés pour compte. Des millions de dollars ont été consacrés à la sécurité alors qu’ils auraient pu servir à nourrir les personnes dans le besoin. Il s’agit d’une lecture essentielle pour ceux qui cherchent à tirer des leçons d’Haïti.

Don’t rush to help Nepal. Read this first [Ne vous précipitez pas au Népal : lisez d’abord ceci.]

Claire Bennett habite le Népal depuis longtemps. Elle était à l’étranger lorsque le tremblement de terre a frappé. Elle était partagée entre son désespoir de retrouver ce pays qu’elle aime et la prise de conscience qu’elle ne serait pas très utile là-bas et qu’elle ne ferait probablement qu’ajouter à la congestion de l’aéroport. Il s’agit selon elle d’une leçon pour ceux qui veulent aider : il vaut mieux laisser faire les personnes les mieux qualifiées. Elle donne quelques conseils clés : donnez de l’argent plutôt que des biens ; privilégiez des projets ayant des résultats durables lorsque vous faites un don ; et attendez au moins qu’il y ait de la place à l’aéroport si vous voulez absolument vous rendre sur place pour aider.

Open Letter to The Media, re: Nepal Earthquake [Lettre ouverte aux médias. Re : Séisme au Népal]

Dans cet article provocateur sur le rôle joué par les médias après les catastrophes naturelles, un travailleur humanitaire accuse les organisations médiatiques de se fonder sur des critères déraisonnables pour évaluer les interventions mises en place à la suite d’un séisme. Il affirme que les médias critiqueront sans doute l’intervention mise en place au Népal d’ici un an parce que « Katmandou ne ressemblera toujours pas à Singapour même après l’injection de sommes considérables ». Il appelle les médias à exposer clairement dès maintenant ce qu’ils considèrent comme une reconstruction réussie afin de pouvoir plus tard juger les organisations d’aide humanitaire selon des normes équitables.

UN aid worker suspended for leaking report on child abuse by French troops [Un travailleur des Nations Unies suspendu pour avoir divulgué un rapport sur des abus sexuels commis sur des enfants par des soldats français]

Cet article exclusif du Guardian rapporte la suspension d’un haut responsable des Nations Unies à la suite de la divulgation d’un rapport clé sur des allégations d’abus sexuels commis sur des enfants – parfois aussi jeunes que neuf ans – par des soldats de maintien de la paix français déployés en République centrafricaine (RCA). Il semble qu’Anders Kompass ait décidé d’agir lorsqu’il a vu que les Nations Unies ne faisaient rien pour enquêter sur les allégations. Il a été suspendu pour avoir violé des clauses de son contrat.

Inside Sudan’s war-torn Darfur [Au coeur du Darfour soudanais]

Au cas où vous l’auriez manqué, il y a eu une élection cette semaine au Soudan. Omar El-Béchir, l’homme de 71 ans qui dirige le pays depuis 25 ans déjà, a été réélu avec plus de 94 pour cent des voix. Cette victoire signifie que M. El-Béchir, qui fait l’objet d’un mandat d’arrêt de la Cour pénale internationale (CPI) pour des crimes qu’il aurait commis dans la région du Darfour, continuera d’échapper à la justice. La photographe du Time Adriane Ohanesian nous offre un rare aperçu de ce à quoi peut ressembler la vie des réfugiés dans les montagnes du Jebel Marra, une région toujours déchirée par la guerre.

À regarder :

A Google Earth tour of Nepal devastation [Une visite virtuelle du Népal post-séisme]

Andy Carvin, de reported.ly, utilise des images fixes et des cartes de Google Earth pour montrer les dommages causés par le séisme au Népal. Une manière novatrice d’aider les gens à prendre conscience de l’ampleur de la destruction.

Une publication d’IRIN :

Pourquoi le Népal n’était-il pas mieux préparé ?

Dans cette analyse provocatrice, le rédacteur en chef Anthony Morland se demande si le gouvernement népalais ignorait le risque de séisme à cause des luttes intestines d’ordre politique. Il signale que la réglementation phare en matière de matière de réponse aux catastrophes date de 1982. Un projet de loi plus actuel a été préparé en 2008, mais il n’a pas encore été adopté, principalement en raison de rivalités politiques.

jd - gd/amz