Lutte contre Ebola : « Finissons le travail entamé »

Au plus fort de l'épidémie d'Ebola, au mois de septembre, les Nations Unies ont annoncé la nomination de David Nabarro, expert en santé publique, comme Envoyé spécial pour la lutte contre Ebola. Il a été chargé de collaborer avec les partenaires nationaux et internationaux pour mieux coordonner et orchestrer les mesures de riposte contre Ebola. Six mois après sa prise de fonction, M. Nabarro a fait le point avec les journalistes d'IRIN à New York. Il a évoqué les défis actuels et les leçons apprises dans le cadre de la lutte.
  
IRIN : Dans quelle mesure pensez-vous qu'il est probable que l'épidémie sera contenue et éradiquée au cours des prochains mois ?

M. NABARRO: Je suis convaincu que nous pouvons y arriver, car nous savons que la stratégie a porté ses fruits. Regardez le Liberia. Mais je sais aussi qu'il faut que beaucoup de gens travaillent ensemble sans s'éparpiller, alors la seule chose que j'aimerais dire, c'est 's'il-vous-plaît, n'abandonnez pas maintenant, finissons le travail' ».

IRIN: Cela fait presque un an que l'épidémie d'Ebola s'est déclarée en Guinée. Quelle est la situation aujourd'hui ?

M. NABARRO: L'épidémie a atteint son pic en septembre 2014, avec près d'un millier de nouveaux cas d'Ebola diagnostiqués chaque semaine. Puis, en décembre et en janvier, le nombre de nouveaux cas diagnostiqués chaque semaine est tombé à une centaine environ, mais il s'est stabilisé à une centaine depuis la première ou la deuxième semaine de janvier. Il est resté à ce niveau d'une centaine de cas et il n'y a pas de signe indiquant que nous nous rapprochons de zéro cas dans la région.

 Mais au Liberia, cela fait [plus de] deux semaines qu'il n'y a pas eu de nouveau cas d'Ebola, ce qui suggère que le Liberia pourrait mettre fin à l'épidémie d'ici à quelques semaines. Mais la présidente du Liberia [Ellen Johnson Sirfleaf] pense que son pays sortira de la zone dangereuse quand tous les cas d'Ebola signalés dans les trois pays affectés seront traités et que l'épidémie aura été éradiquée dans ces pays. Il y a encore des cas de transmission dans la partie occidentale de la Sierra Leone et dans les régions côtières de la Guinée et, à moindre degré, à l'intérieur de ces pays.

IRIN : Quels sont les principaux défis à relever pour parvenir à zéro cas d'Ebola ?

M. NABARRO : Les communautés qui sont encore affectées par Ebola sont les communautés qui ne sont pas pleinement impliquées dans la réponse. Et nous constatons que les efforts pour identifier les personnes entrées en contact avec des personnes infectées par Ebola, ce que nous appelons la recherche des contacts, sont très difficiles à faire en ce moment dans certaines des communautés où nous intervenons. Cela est dû au fait que les communautés hésitent à s'engager dans la réponse et les efforts que nous faisons visent à établir une relation de confiance avec les communautés locales pour qu'elles puissent s'impliquer dans la réponse plus facilement.

Certaines communautés se méfient des intervenants qui les interrogent...sur ce qu'elles font et avec qui elles le font.

La clé, comme les anthropologues nous le disent, passe par des négociations entre les représentants des intervenants et les représentants des communautés locales, comme les anciens et les chefs de tribus, pour que l'action des intervenants au sein de la communauté ne soit pas vue comme une sorte d'atteinte à leur vie privée. C'est un point très important.

Il arrive que les négociations durent plusieurs jours, mais une fois qu'elles ont abouti, il est possible d'intervenir.

Alors nous nous efforçons aussi de trouver des approches vraiment sensibles en matière de recherche des contacts. Vous vous demandez peut-être pourquoi nous ne le savions pas déjà. La réponse est que nous n'avions jamais connu une situation d'une telle ampleur, et la dernière phase de la réponse à l'épidémie nécessite un travail de détective très personnel et il faut faire preuve de beaucoup de sensibilité.

IRIN : Outre le fait de gagner la confiance de la communauté, quelles sont les autres priorités aujourd'hui ?

M. NABARRO: Les cinq choses sur lesquelles j'insiste sont : un, la participation communautaire ; deux, les données de qualité sur la localisation de l'épidémie ; trois, les personnes qualifiées dans les communauté, qui ont des connaissances en matière d'épidémiologie, de surveillance et de recherche des contacts ; quatre, une très bonne coordination au niveau local, car en cas d'apparition de nouveaux cas, il sera possible de collaborer rapidement avec les communautés pour trouver les personnes entrées en contact avec les personnes infectées et s'assurer que ces personnes sont correctement soignées ; et cinq, un soutien adéquat aux intervenants qui sont encore actifs dans la lutte contre le virus, qui travaillent depuis des mois, qui ont besoin d'une aide permanente et parfois d'un soutien pratique important quand ils sont fatigués ou quand ils sont malades et doivent être soignés.

Comme vous le savez, beaucoup de personnels de santé de la région ont contracté l'infection et au cours des semaines à venir, nous voulons réduire le nombre de nouveaux cas pour [parvenir] à zéro cas avant le début de la saison des pluies qui est attendue d'ici quatre à huit semaines. Alors nous renforçons notre soutien aux gouvernements en matière de recherche des cas et de recherche des contacts pour réduire au maximum le nombre de districts et de préfectures touchés par la maladie dans la région.

 IRIN : Bruce Aylward [le Sous-Directeur général] de l'OMS a dit cette semaine que la seule chose qui baissait plus rapidement que le nombre de cas d'Ebola était les contributions financières allouées à la lutte contre la maladie. Est-ce que c'est vrai ? Si oui, que peut-on faire pour s'assurer de l'engagement continu des bailleurs de fonds ?

M. NABARRO: Selon nos estimations, le système des Nations Unies a besoin d'environ 400 millions de dollars au minimum entre maintenant et la fin du mois de juillet. Nous pensons qu'un peu moins de la moitié de cette somme a déjà été allouée, mais nous n'en sommes pas certain, car nous nous basons uniquement sur les discussions avec les bailleurs de fonds et il va encore falloir trouver 200 millions de dollars au cours des prochains mois. Cela va être difficile, car il n'y a pas beaucoup d'argent et les bailleurs de fonds ont l'impression que le travail est fini. En fait, ce sentiment est assez répandu et je dois répondre à cet argument.

IRIN : Pendant l'épidémie, les Nations Unies ont créé la MINUAUCE [Mission des Nations Unies pour l'action d'urgence contre Ebola] pour prendre la relève d'OCHA [Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies] et mener les actions qu'il met en place habituellement en situation de crise. Comment qualifieriez-vous l'efficacité de la MINUAUCE et, avec le recul, pensez-vous que la création d'un nouvel organisme était une bonne chose ?

M. NABARRO : En septembre, quand l'épidémie était très virulente, nous ne savions vraiment pas comment les choses allaient évoluer. Il n'y a jamais eu d'épidémie d'Ebola de cette importance et de cette gravité. Les Nations Unies ne voulaient pas la traiter comme une crise humanitaire. Il s'agit d'une crise de santé publique qui a des conséquences pour les gouvernements, les économies, la stabilité politique et le bien-être des populations. Les gouvernements ont été et sont encore en charge de la réponse à l'épidémie, alors il n'était pas nécessaire de créer des structures administratives alternatives.

C'est la raison pour laquelle les Nations Unies ont proposé une approche alternative pour mettre en place une coordination très forte et un soutien logistique intense, et donner une direction politique.
Il nous reste beaucoup d'efforts à faire pour tirer les leçons et savoir si nous avons bien agi, mais à ce moment-là, nous avions besoin d'un système capable de construire un nombre très important d'unités de soins – environ 50 – et d'un système capable d'assurer des enterrements sécurisés dans la dignité. Pour y arriver, nous avions besoin d'une logistique solide et d'une direction politique, et cela nous a conduit à la création de la MINUAUCE. Maintenant, nous nous demandons si les outils et l'expérience d'OCHA peuvent nous aider à mettre en place la coordination extrêmement précise nécessaire dans la phase actuelle de la réponse.

Je pense qu'il est beaucoup trop tôt pour que je tire des leçons, car je suis vraiment impliqué dans la réponse. Mais les points évalués par les autres portaient, premièrement, sur les systèmes permettant de garantir la mise à disposition de personnels de santé, si nécessaire. Deuxièmement, sur les systèmes garantissant le soutien de ces personnels de santé, notamment un soutien dans le domaine des ressources humaines et un soutien logistique. Troisièmement, sur les systèmes financiers mis en place en amont pour ne pas avoir à chercher des fonds comme nous le faisons actuellement, car les fonds devraient être disponibles relativement facilement. Et quatrièmement, sur les systèmes assurant que nous sommes capables de garantir un accès sécurisé aux services essentiels comme l'éducation et la santé, en cas de crise. Je pense que nous nous en sortons bien, mais nous rencontrons encore des difficultés.

Nous ne nous sommes jamais retrouvés dans une situation où nous devions remettre un système de santé sur pied dans un environnement où il y a un risque significatif de maladie infectieuse majeure. Nous n'avons jamais été dans ces situations et je voudrais que nous apprenions à nous préparer à une crise comme celle-ci pour ne pas avoir à créer ces systèmes de réponses au moment de l'intervention. Mais c'est difficile à faire, alors je veux profiter de la phase de l'après-épidémie pour tirer des leçons et les mettre en application en élaborant de nouveaux systèmes.

jl/am-mg/amz