Le gouvernement des Philippines « doit faire mieux » pour reconstruire le secteur éducatif

Dans les régions frappées par le typhon Haiyan qui a dévasté les Philippines, les élèves reprennent ce mois-ci le chemin de l’école. Or, les efforts entrepris par le gouvernement pour reconstruire le secteur éducatif font craindre, sept mois après la catastrophe, que l’accès aux cours reste compromis pour un trop grand nombre d’enfants.

Le super typhon de catégorie 5, qui a balayé le centre de l’archipel des Philippines en novembre 2013, a endommagé plus de 2 500 écoles ; un préjudice pour 1,4 million d’enfants en âge d’être scolarisés. Plus de 500 crèches ont été complètement détruites et plus de 2 000 ont subi des dégâts.

Le gouvernement et les organisations humanitaires ont profité des mois d’été secs de mars et avril pour accélérer la réparation des bâtiments scolaires. Mais « la remise en état des salles de classe reste un problème majeur », a déclaré à IRIN Manan Kotak, spécialiste de l’éducation auprès du Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF).

À la date du 14 mai, plus de 4 200 espaces d’enseignement provisoires – des tentes ou des structures temporaires en bois et en tôle ondulée – ont été créés. Plus de 515 000 enfants et enseignants ont reçu des matériels pédagogiques et didactiques pour remplacer ceux détruits par le cyclone.

D’après les données fournies par le ministère de l’Éducation (DepEd), 90 pour cent des élèves ont repris l’école, avec un taux plus faible dans l’enseignement secondaire.

« Malgré des disparités, nous constatons que les cours reprennent progressivement dans les zones touchées par le typhon », a déclaré Prudence Martinez-Sanoy, conseillère en éducation de l’organisation non gouvernementale (ONG) de développement Plan International.

Cependant, si les régions touchées sont en phase de reconstruction, certains professionnels de l’éducation ont le sentiment que les efforts de relèvement tardent trop, et redoutent l’arrivée de la prochaine saison des cyclones. Les experts et les responsables recommandent une approche à deux volets pour réformer le système éducatif, afin de garantir aussi bien le nombre d’écoles que la qualité de l’enseignement.

Retour en classe

Selon Luisa Yu, directrice régionale du DepEd, 35 pour cent des salles de classe complètement détruites et 53 pour cent des salles de classe endommagées ont déjà été remises à neuf.

« C’est une réussite en soi compte tenu de l’étendue des dégâts causés par Haiyan », a-t-elle dit. « Le DepEd a déjà alloué un budget et a commencé à financer la reconstruction des écoles complètement détruites ».

Mais dans certaines zones, l’état des routes et l’isolement des lieux de relocalisation des écoles font que certains enfants ne peuvent pas encore retourner en classe. Afin de résoudre ce problème, l’ONG Plan, en partenariat avec d’autres organisations, distribue des kits de « retour à l’école » contenant des cahiers d’exercices, des questionnaires et des tests que les enfants peuvent réaliser seuls pour continuer à apprendre.

« Nous ne devons pas assimiler l’apprentissage au simple fait de se rendre en classe chaque jour », a affirmé Mme Martinez-Sanoy. « Grâce à ces kits de retour à l’école, la seule chose qui manque aux enfants est l’expérience en salle de classe. »

Mme Yu admet cependant que ce ne sont pas des conditions idéales, y compris pour les enfants qui ont accès, régulièrement ou non, à des structures scolaires.

« Les élèves viennent à l’école et sont avides d’apprendre. Mais, nous avons encore des problèmes de classes surchargées, ainsi qu’un manque de matériels pédagogiques et de fournitures scolaires. Dans certaines salles de classe, il y a parfois trois élèves par pupitre », a-t-elle expliqué.

Le gouvernement s’est fixé comme objectif d’achever la rénovation des écoles partiellement endommagées d’ici fin 2014 et les bâtiments complètement détruits d’ici fin 2015.

« Achever les travaux de reconstruction va vraiment aider les enfants. Nous devons résoudre le problème de l’accès à l'école, avant de nous préoccuper de la qualité de l'enseignement. Nous ne pouvons pas traiter les deux problèmes de front pour l’instant », a déclaré Mme Yu.

Pas assez rapide

Cependant, les professionnels de l’enseignement ne sont pas tous satisfaits des progrès accomplis jusqu’à présent. Dans la province de Leyte, où vivaient plus de 80 pour cent des victimes, quatre écoles de la ville de Tacloban servent toujours de centres d’évacuation et abritent 578 familles. Les élèves sont donc privés de leurs salles de classe.

Certains craignent que les efforts de relèvement soient insuffisants en prévision de la prochaine saison des cyclones qui dure de juin à fin novembre.

« Plus de six mois ont passé depuis Haiyan et les progrès sont lents », a déclaré Leo Candido, commissaire à Hernani, une ville du Samar oriental ; l'une des provinces les plus touchées par la catastrophe.

Le Plan de réponse stratégique pour le typhon Haiyan prévoit 46 millions de dollars pour la reconstruction du secteur éducatif, et 60 pour cent de cette somme ont été financés à la date du 14 mai.

as/kk/oa-fc/amz