Les Plus Lus

Aliments enrichis – persuader le secteur privé de faire le bien

LONDRES, 22 avril 2014 (IRIN Français) - Le Nigeria vient tout juste de passer, en grande pompe dans la catégorie des pays à moyen revenu. Ce n’est pas le genre de pays que l’on associe à la faim généralisée ou un pays dont les habitants obtiennent normalement – ou s’attendent à obtenir – une aide alimentaire. Et pourtant, près d’un quart des jeunes enfants nigérians ont un poids insuffisant et environ 40 pour cent présentent un retard de croissance ; ils ne consomment pas suffisamment d’aliments nutritifs pour développer leur plein potentiel physique et mental. Lire l'article

Analyse: Le monde peut-il réellement mettre fin à la pauvreté d’ici 2030 ?

NEW YORK, 23 avril 2014 (IRIN Français) - Cela fait des années que les spécialistes du développement et les stars philanthropes ont adopté le slogan « abolissons la pauvreté » (« make poverty history », en anglais). Cherchant à joindre le geste à la parole, la communauté internationale est en train d’en faire un objectif universel à atteindre en une génération. Lire l'article

Plus grandes, plus graves – le défi des catastrophes urbaines

MANILLE, 22 avril 2014 (IRIN Français) - Les travailleurs d’urgence qui interviennent en milieu urbain à la suite d’une catastrophe ont la nécessité de s’adapter aux contraintes et exigences spécifiques aux milieux urbains, selon des experts et des travailleurs humanitaires. Lire l'article

Analyse: l’eau et les conflits

KUALA LUMPUR, 23 avril 2014 (IRIN Français) - « La concurrence féroce pour l’accès à l’eau douce pourrait bien devenir une source de conflit et de guerre à l’avenir », avait déclaré en 2001 Kofi Annan, alors secrétaire général des Nations Unies. Un an plus tard, il était revenu sur ses propos et avait déclaré que les problèmes liés à l’eau pouvaient être un « catalyseur de coopération ». Lire l'article

L’accélération requise de la réponse humanitaire dans le nord-est du Nigeria

KANO, 23 avril 2014 (IRIN Français) - En raison de craintes d’ordre sécuritaire, d’un manque d’acteurs humanitaires sur le terrain et d’un trop plein de confiance dans la capacité du gouvernement nigérian à gérer seul ses propres crises, bon nombre des milliers de personnes déplacées par les attaques de Boko Haram dans le nord-est du pays se retrouvent sans nourriture, avec un accès restreint (voire nul) aux soins de santé ou à des denrées de base de type eau potable et couvertures. Lire l'article