De nouveaux cas de polio menacent le pays, la région et au-delà

Le ministère tchadien de la Santé et les Nations Unies ont lancé une campagne de vaccination contre la polio ciblée sur un demi-million d’enfants dans l’ouest du pays, à l’heure où de nouveaux cas de cette maladie invalidante et parfois mortelle continuent de se déclarer.



Malgré les campagnes de vaccination menées précédemment, 27 cas de polio ont été détectés jusqu’ici au Tchad, en 2008 (dont des cas de polio de type 1, le plus dangereux des sérotypes qui subsistent) contre 22 cas seulement en 2007.



Cette résurgence est due en partie à une couverture vaccinale insuffisante, selon les responsables des Nations Unies et du ministère de la Santé. Dans certaines régions, seuls 50 à 60 pour cent des enfants sont systématiquement vaccinés avant leur premier anniversaire, selon le ministère tchadien de la Santé.



« Plus de la moitié des enfants de moins de cinq ans n’ont pas été vaccinés contre cette maladie », pouvait-on lire dans un communiqué publié le 30 octobre par le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA) au Tchad.



Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), les nourrissons devraient se voir administrer quatre doses de vaccin oral contre le poliovirus au cours de leur première année.



D’après un rapport du Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF), un certain nombre de facteurs expliquent la faible couverture vaccinale tchadienne, notamment le refus des parents, le manque de suivi et la formation insuffisante des équipes médicales. Selon les estimations d’un représentant du ministère de la Santé, environ deux pour cent des familles refusent la vaccination par peur.



« Les gens pensent parfois que le vaccin contre la polio a été inventé par les Blancs pour stériliser les enfants ; ils pensent qu’il a été conçu pour un groupe de personnes en particulier », a expliqué Garba Tchiang Salomon, coordinateur de vaccination au ministère de la Santé. « Alors, ils refusent les vaccinations, et malheureusement, certains de ceux qui ont refusé ont vu la polio s’attaquer à leurs enfants ».



Au Nigeria voisin, un des quatre pays où la polio est endémique, les autorités sanitaires doivent depuis bien longtemps lutter contre les croyances de certains leaders musulmans, selon lesquelles le vaccin ferait du mal aux enfants.















Photo: Celeste Hicks/IRIN
Une travailleuse sanitaire lors d'une campagne de vaccination contre la polio dans la capitale N'Djaména

Un fléau silencieux et invisible




« La polio est assez dangereuse car elle peut se propager silencieusement et assez loin », a expliqué à IRIN Oliver Rosenbauer, porte-parole du groupe d’éradication de la polio formé par l’OMS, depuis Genève. « Sur 200 infections, vous avez seulement un cas de paralysie, alors en voyageant, les [porteurs sains] peuvent transmettre la maladie ».



Les infections déclarées en 2003 dans le nord du Nigeria, limitrophe du Tchad, auraient en effet été à l’origine de la résurgence de la maladie dans 27 pays (jusqu’en Indonésie) où celle-ci avait été éradiquée, a indiqué M. Rosenbauer.



Cette année, a-t-il ajouté, une épidémie de polio de type 1 s’est déclarée au Nigeria, et s’est propagée dans l’ensemble de l’Afrique de l’Ouest ; des cas ont été confirmés au Bénin, au Burkina Faso, au Ghana, au Mali, au Niger et au Togo.



Dans l’ouest et le centre de l’Afrique, les infections sont dangereuses, a-t-il dit, car la région abrite une population nomade importante et de nombreux habitants se rendent chaque année en pèlerinage en Arabie saoudite. On observe également d’importants flux migratoires à l’intérieur de la région.



A l’heure actuelle, les enfants de cinq régions de l’ouest du Tchad (Chari Baguirmi, Hadjer Lamis, Kanem, Lac et N’Djamena) sont en train d’être vaccinés contre la polio de type 1. Les équipes de vaccination font du porte-à-porte, à la recherche des enfants, marquant au fur et à mesure les foyers vaccinés.



Cette campagne doit être suivie d’autres campagnes de vaccination contre la polio de type 1 dans le reste du pays, puis contre le poliovirus de type 3 et la rougeole, au début de l’année prochaine.



Maladie extrêmement contagieuse causée par un virus, la polio touche principalement les enfants de moins de cinq ans, et provoque, dans un cas sur 200, une paralysie irréversible, selon l’OMS. Cinq à 10 pour cent de ces enfants meurent lorsque leurs muscles respiratoires s’immobilisent.



La polio est une maladie incurable ; elle ne peut qu’être prévenue à l’aide d’un vaccin. S’il est administré plusieurs fois, le vaccin oral permet d’immuniser à vie l’enfant concerné, selon l’OMS.



ch/np/cb/nh/ail