Les bénéficiaires de l’aide d’urgence, désormais 6,4 millions

En Ethiopie, plus de six millions de personnes ont aujourd’hui besoin de recevoir une aide alimentaire d’urgence en raison de la sécheresse et du prix de plus en plus élevé des vivres, selon le gouvernement, qui a revu à la hausse ses estimations de juin (4,6 millions de personnes dans le besoin). En avril, le chiffre officiel était de 2,2 millions.

« D’après les conclusions d’une évaluation conjointe des [petites saisons des pluies] belg/gu, accompagnée d’une série d’entretiens avec les gouvernements régionaux concernés, le nombre des bénéficiaires de l’aide d’urgence a été porté de 4,6 millions à 6,4 millions, dont 76 pour cent sont originaires de la région Somali, de la région d’Oromiya et de la région des Nations, nationalités et peuples du Sud (RSNNP) », a déclaré Mitiku Kassa, ministre étatique de l’Agriculture et du Développement rural, aux bailleurs et aux médias, le 14 octobre.

« L’insécurité alimentaire générale, la prévalence de la malnutrition aiguë, les pénuries graves de pâturages et d’eau pour l’élevage et les maladies causées par la sécheresse ont aggravé la situation d’urgence », selon Mitiku Kassa.

Le gouvernement et les partenaires humanitaires ont sollicité la somme de 265,6 millions de dollars pour l’achat de vivres (218 millions de dollars pour 270 245 tonnes de nourriture et 7,8 millions de dollars pour mettre en place un Programme de compléments alimentaires ciblé, dans le cadre duquel des aliments composés enrichis et de l’huile alimentaire sont fournis aux enfants atteints de malnutrition modérée, ainsi qu’aux femmes enceintes et allaitantes).

« La distribution d’aliments complémentaires pour les enfants de moins de cinq ans et les femmes enceintes et allaitantes doit être non seulement maintenue, mais aussi déployée, des cas de malnutrition étant signalés dans différentes régions, et notamment dans les régions du Tigré, d’Oromiya et d’Afar ainsi que dans la RSNNP », a indiqué Mitiku Kassa.

Toujours dans le cadre de l’appel, un peu moins de 40 millions de dollars ont également été sollicités, qui seront consacrés à la santé, à l’eau et l’assainissement, ainsi qu’à l’agriculture et au bétail.

« La concurrence pour l’obtention de ces maigres ressources est progressivement devenue de plus en plus acharnée », selon le ministre d’Etat. « En tant que membres de la communauté mondiale, nous ressentons l’impact des contraintes alimentaires mondiales ».

Le gouvernement éthiopien et ses partenaires humanitaires ont sollicité la somme de 325,2 millions de dollars pour pouvoir répondre aux besoins en ressources alimentaires et non-alimentaires, en juin 2008.

« La contribution a été considérable, mais sans aucun doute moins importante que ce à quoi nous nous attendions », a expliqué Fidele Sarassoro, Coordinateur résident des Nations Unies et Coordinateur de l’action humanitaire. « Nous avons estimé qu’environ 60 à 65 pour cent de la somme requise avait été accordée ».

Le 10 octobre, Oxfam, convenant de la nécessité d’obtenir davantage de fonds, a appelé tous les bailleurs à se montrer généreux face à la crise, de plus en plus grave, qui touche l’Ethiopie.

« Comparé aux fonds versés pour soutenir le système financier mondial, l’aide nécessaire pour sauver des vies en Ethiopie est une goutte dans l’océan », a estimé Waleed Rauf, directeur pays d’Oxfam. « Nous avons besoin que les bailleurs réagissent urgemment face à une insécurité alimentaire grave et aux vulnérabilités sous-jacentes de pays comme l’Ethiopie ».

« Le nombre, revu à la hausse, des personnes nécessitant une aide d’urgence est sans doute une estimation prudente et ne tient pas compte des 7,2 millions d’Ethiopiens touchés par une pauvreté chronique, à tel point qu’ils reçoivent des fonds ou une aide alimentaire gouvernementale chaque année, dans le cadre du programme "filets de sécurité " productifs », a ajouté M. Rauf.

« Plus de 13,5 millions d’Ethiopiens ont besoin d’aide pour survivre. Le nombre de ceux qui souffrent d’insécurité alimentaire et de dénuement graves est monté en flèche ».

ts/sr/nh/np