Des journalistes séropositifs pris en charge par leur syndicat

Le Syndicat des journalistes du Zimbabwe (ZUJ), qui représente les journalistes dans le pays, a lancé un programme pour fournir des médicaments antirétroviraux (ARV) à ses membres séropositifs.

Chakanyuka Bosha, coordinateur national du ZUJ, a expliqué à IRIN/PlusNews que le syndicat avait identifié des experts médicaux pour prescrire des ARV conformément aux directives gouvernementales et que les médicaments seraient disponibles gratuitement pour les membres de l’organisation et leur famille proche. Une agence internationale de développement, qui n’a pas souhaité être nommée, fournira les ARV.

M. Bosha a noté que le journalisme était une profession très mal rémunérée au Zimbabwe, certains professionnels ne gagnant pas plus de cinq dollars américains par mois. « Une provision d’un mois d’ARV coûte environ 50 dollars, ce qui ferait des ARV une thérapie inaccessible pour [nos membres] ».

Le Zimbabwe est durement touché par l’épidémie de VIH/SIDA : selon le Programme commun des Nations Unies sur le sida, ONUSIDA, la prévalence chez les adultes est de 15 pour cent. De nombreux Zimbabwéens vivant avec le virus luttent au quotidien pour tenter de se nourrir correctement, en raison de l’hyperinflation, du chômage et des pénuries de produits de première nécessité, que le naufrage économique du pays a entraînés.

Le programme gouvernemental de traitement du VIH/SIDA fournit des ARV à environ 100 000 patients, sur les 321 000 qui en auraient besoin.

L’interdiction d’exercer toute activité pendant trois mois, imposée en juin par les autorités zimbabwéennes aux organisations non gouvernementales au moment de l’élection présidentielle, a été officiellement levée le 30 août, mais de nombreuses ONG d’aide aux personnes vivant avec le VIH ont dit continuer à rencontrer des difficultés pour atteindre les personnes séropositives.

Le ZUJ prévoit également d’établir un partenariat avec le Forum des journalistes du Zimbabwe sur le VIH et le sida pour distribuer des ARV à ses membres, et de mettre en place un forum national permettant aux journalistes d’échanger et de développer des stratégies sur la manière de couvrir les questions liées au VIH.

Ce forum aurait aussi un rôle de lobbying auprès des entreprises de presse pour les pousser à introduire des politiques de lutte contre le sida sur le lieu de travail.

« Dans d’autres secteurs, les employeurs ont des politiques et des programmes, dont les employés vivant avec le VIH/SIDA peuvent bénéficier. Par exemple, les employeurs peuvent contribuer à l’achat des ARV pour leurs employés », a dit M. Bosha.

Le ZUJ, en collaboration avec le Congrès des syndicats du Zimbabwe (ZCTU), une organisation de travailleurs, a aussi commencé à fournir des serviettes hygiéniques à ses membres femmes, leur prix ayant explosé.

ff/ks/he/ail