Le report du vote du budget pourrait compromettre la sécurité alimentaire

Les bailleurs de fonds et les organisations de développement s’inquiètent à l’idée que l’impasse politique dans laquelle se trouve le Malawi, et qui a abouti à une suspension sine die du vote du budget 2007/08, pourrait retarder le redressement du secteur agricole, affecté par la sécheresse de 2005.

Le vote du budget a été ajourné le 24 juillet. Les partis de l’opposition – le Front démocratique uni (UDF) et le Parti du congrès du Malawi (MCP), qui détiennent la majorité des sièges à l’Assemblée – refusent en effet d’en débattre avant la résolution d’un conflit sur la question de la défection de certains de leurs membres, venus grossir les rangs du Parti démocratique progressiste (DPP), le parti au pouvoir, mené par le président Bingu wa Mutharika.

Le gouvernement dispose actuellement d’un budget mensuel dérisoire.

Le DPP a accueilli 60 transfuges dans son giron, portant le nombre de ses députés à 80, mais le mois dernier, la Cour suprême du Malawi a accordé au président du Parlement le pouvoir d’expulser les députés qui quittent leur parti, une décision qui risquerait d’affaiblir le parti au pouvoir. Avec ses 101 sièges, l’opposition détient la majorité au Parlement.

Selon plusieurs rapports de presse, Goodall Gondwe, le ministre des Finances, s’est dit préoccupé à l’idée que le gouvernement risque de ne pas pouvoir acheter des engrais pour les distribuer à temps à la population.

La mise en place d’un programme efficace de subventions sur les engrais a été évoquée parmi les raisons principales du redressement du secteur agricole malawite après la sécheresse de 2005, à la suite de laquelle près de cinq millions de personnes s’étaient trouvées largement dépendantes de l’aide alimentaire.

« Si le programme de subventions sur les engrais est interrompu, les progrès réalisés ces trois dernières années pourraient s’en ressentir », a averti Sam Chimwaza, représentant national du Réseau des systèmes d’alerte précoce contre la famine (FEWS NET), une organisation financée par les Etats-Unis.

« La communauté des bailleurs est très préoccupée », a-t-il ajouté.

Selon Shenard Mazengera, responsable de la stratégie de plaidoyer d’Oxfam, une agence de développement britannique, bien que la distribution d’engrais n’ait commencé qu’en décembre, « comme elle s’effectue en grandes quantités, les commandes doivent être passées à l’avance [...] Si l’approvisionnement en engrais n’est pas approuvé, cela risque de retarder le processus ».

Au Malawi, la pénurie alimentaire de 2005 avait été aggravée par la livraison tardive des engrais et des semences.

La date butoir d’approbation du budget était initialement fixée au 30 juin.
« Nous avons une semaine devant nous ; il se pourrait que le problème soit résolu », a assuré Hetherwick Ntaba, porte-parole du DPP et membre du cabinet. « Le cabinet et les responsables du gouvernement sont en train de se consulter pour trouver une solution ».

Le président Bingu wa Mutharika, qui est depuis près de trois ans à la tête d’un pays déchiré par les querelles politiques, se trouve au centre d’une confrontation tendue avec l’opposition, confrontation qui a paralysé le fonctionnement du Parlement du Malawi et retardé l’approbation des projets de lois.

La crise politique a éclaté lorsque M. Mutharika, qui s’était présenté aux élections générales de 2004 sous l’étiquette de l’UDF, a quitté son parti peu après les élections pour former sa propre organisation politique, le DPP. L’UDF a riposté en demandant sa destitution, accusant M. Mutharika d’avoir pris 300 000 dollars dans les caisses de l’Etat pour lancer le DPP.

En 2005, au plus fort de la crise de sécurité alimentaire qui sévissait au Malawi, cette confrontation politique avait même suscité les préoccupations de la communauté des bailleurs.

Certains bailleurs de fonds avaient écrit aux leaders de l’opposition politique pour exprimer leurs inquiétudes au sujet des procédures de destitution, au moment où le pays traversait « une crise alimentaire grave et prolongée ».

jk/he/nh/ads