La ferme m’a rendu riche, pas la corruption - Obasanjo

La grande ferme d’Olusegun Obasanjo lui rapporte chaque mois plus 250 000 dollars américains, a indiqué jeudi le porte-parole du président nigérian.

Cette déclaration a été faite délibérément car, Obasanjo, chef de l’état d’un des pays les plus corrompus au monde, cherchait à dissiper les rumeurs selon lesquelles il userait de sa position de chef d’état pour s’enrichir.

Ancien général de l’armée nigériane, Obasanjo possède des centaines d’hectares de terre à Otta, dans l’état d’Ogun au sud-est du Nigeria, à 40 km de Lagos, la capitale économique du pays.

En dehors de l’élevage de poulets, de porcs et d’autruches, Obasanjo utilise fréquemment sa ferme pour organiser des rencontres diplomatiques. En début de mois, il y a tenu une réunion de crise avec cinq autres chefs d’état africains pour discuter des récentes émeutes en Côte d’Ivoire.

Son secrétaire particulier, Femi Fani-Kayode, a indiqué à IRIN que “des inconnus” laisseraient entendre que Obasanjo détournerait de derniers publics pour financer l’entretien de sa ferme.

“Chaque mois la ferme rapporte environ 30 millions de nairas (227 000 de dollars) au Président,” a t-il indiqué au téléphone.

“Lorsque j’entends dire que le Président utilise des derniers publics pour financer sa ferme, il serait peut-être intéressant de savoir combien la ferme lui a déjà rapporté."

Le porte-parole s’est refusé à dévoiler le montant des revenus que le président Obasanjo tire de ces autres biens.

La corruption a longtemps été l’épouvantail de l’état le plus peuplé d’Afrique. Bien que le Nigeria soit le premier producteur de pétrole en Afrique et le septième au niveau mondial, plus de 80 pour cent des 126 millions que compte le pays vivent avec moins d’un dollar par jour.

Elu démocratiquement en 1999, Obasanjo a mis fin à quinze années de régime militaire et déclaré la guerre à la corruption qu’il a qualifiée de cancer de l’économie nigériane.

Mais sous sa présidence, l’étude menée chaque année par l’ONG allemande Transparency International a régulièrement classé le Nigeria parmi les trois pays les plus corrompus au monde.

Sur les 133 pays ciblés par l’étude et répertoriés dans l’index d’analyse de la corruption, le Nigeria se classe au 132e rang.

Obasanjo a mis en place une cellule spéciale pour poursuivre les fonctionnaires qui seraient accusés de corruption, mais d’après certains critiques, aucun haut fonctionnaire n’a encore été condamné pour ce délit.

L’affaire concernant Joshua Dariye, le gouverneur de l’état du Plateau a récemment fait la Une des journaux. Le gouverneur a été suspendu de ses fonctions cette année pendant six mois, après des affrontements entre les musulmans et les catholiques de l’état du Plateau. Ces événements ont amené le président Obasanjo à y décréter l’état d’urgence.

Dans un courrier adressé au parlement, le ministre nigérian de la justice, Akinlolu Olujinmi, a indiqué que Dariye faisait actuellement l’objet de poursuites judiciaires en Grande-Bretagne et au Nigeria pour blanchiment d’argent.

Le ministre a expliqué que la justice suspecte Dariye d’avoir détourné plus d’un million de livres Sterling (1,9 millions de dollars américains) et de les avoir fait virer sur ses comptes bancaires en Grande-Bretagne.

Selon les partisans de Dariye, Obansajo s’en prend au gouverneur pour régler certains comptes politiques et détourner l’attention de l’opinion publique du manque de résultats dans sa lutte anti-corruption.

Le courrier du ministre de la justice étant parvenu avant la fin de l’état d’urgence décrété par le président Obasanjo suite a des conflits confessionnels qui ont fait des centaines de morts, le ministre n’a pas pu demander aux parlementaires de démettre Dariye de ses fonctions, comme la loi les y autorise.

Dans la réponse qu’ils ont adressée au gouvernement mercredi dernier, les parlementaires de l’Etat du Plateau ont demandé au président d’éviter d’appliquer des sanctions discriminatoires dans sa guerre contre la corruption et ont exigé que tous les fonctionnaires de l’administration, y compris le président rendent public l’état de leur patrimoine.