Conditions de vie " précaires " pour les Batwa de Buterere

Les conditions de vie au sein de la communauté des Batwa qui ont été récemment réinstallés dans un nouveau site dans le district de Buterere, à Bujumbura Mairie, sont " très précaires ", ressort-il d'une évaluation menée conjointement par le Bureau de l'ONU pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA) du Burundi et un représentant du Ministère de la réintégration et de la réinstallation des réfugiés et des populations déplacées de Bujumbura Mairie. " Il n'y a pas assez de matériaux pour construire des maisons. Le point d'eau le plus proche est à deux kilomètres et ils n'ont pas de jerrycans, " a expliqué l'équipe d'évaluation citée par OCHA dans son rapport publié en août sur la situation humanitaire du pays. "L'hygiène personnelle et l'assainissement sont des questions problématiques. Il est impossible de creuser des latrines profondes car l'endroit est marécageux - un environnement propice aux moustiques surtout avec l'arrivée des pluies en septembre," lisait-on.

Les hommes chassent dans les forêts avoisinantes en quête de nourriture en attendant que la communauté reçoive une aide alimentaire. D'après une mission d'évaluation menée par l'UNICEF le 9 août à Butetere, ce camp abrite 286 ménages et 100 orphelins de guerre. Aucun des 108 enfants en âge d'aller à l'école n'est scolarisé en raison du manque de fournitures et de moyens pour payer les frais de scolarité. Les Batwa représentent environ un pour cent de la la population du Burundi et sont souvent victimes de discrimination, confrontés à une extrême pauvreté et à un manque d'accès aux services de base, a noté OCHA. L'ONU et les ONG partenaires se partagent
actuellement tâches et responsabilités pour apporter une aide humanitaire aux Batwa de Buterere.