Le préservatif féminin change de look

Grâce à une nouvelle campagne de publicité et de marketing destinée à changer l'image du préservatif féminin, le gouvernement du Botswana espère donner davantage de poids à cet outil de prévention de l'infection au VIH/SIDA.

Une entreprise de marketing locale a fait preuve de créativité et a lancé une nouvelle gamme de préservatifs féminins baptisée ‘Bliss’ (‘Extase’), espérant que le nom et l’emballage du produit inciteraient davantage de femmes à utiliser ce moyen prévention du VIH/SIDA.

«L’emballage des anciens produits était triste et passait inaperçu», a expliqué Derick Muchena, directeur artistique de la société qui a rebaptisé le produit. «Nous avons donc décidé d’utiliser des couleurs plus vives et de donner aux préservatifs un nom sexy. Les connotations sexuelles du nom pique la curiosité des hommes et des femmes.»

Le Botswana a accompli de considérables progrès dans la lutte contre l’épidémie et propose gratuitement des médicaments anti-rétroviraux (ARV) à 85 pour cent des patients séropositifs.

Toutefois, la faible utilisation du préservatif féminin et les inégalités de pouvoir entre l’homme et la femme entravent les campagnes de prévention.

Derick Muchena a indiqué que certaines femmes découpaient les préservatifs et utilisaient les anneaux comme des bracelets.

David Ngele, coordinateur national du Réseau des personnes vivant avec le VIH/SIDA au Botswana, a salué cette «nouvelle approche courageuse», mais craint que la manière dont les hommes botswanais considèrent les femmes ne nuise à la popularité des préservatifs féminins.

«Beaucoup de femmes se retrouvent dans une situation difficile lorsqu’elles essaient de négocier l’utilisation du préservatif avec leurs partenaires sexuels. Pourtant, de telles initiatives peuvent amener les hommes à changer de mentalité et conférer davantage de pouvoir aux femmes», a-t-il estimé.

D’après les chiffres avancés par le Programme commun des Nations unies sur le VIH/SIDA (Onusida), sur les 1,8 million d’habitants que compte le Botswana, 140 000 sont porteurs du virus.

Le ministère de la Santé et l’agence de marketing ont distribué des brochures et des affiches pour promouvoir l’utilisation des préservatifs ‘Bliss’ et un spot publicitaire sera bientôt diffusé sur les chaînes de télévision.

«Le tournage du spot publicitaire est déjà terminé et nous sommes ravis qu’un media de grande écoute se mette au service d’un produit aussi important que le préservatif féminin», a conclu M. Muchena.